jeudi 10 octobre 2013

Seriez-vous l'une des nôtres ?

Voici une histoire que j'ai publié dernièrement sur le blog TG AR TF French Caption, si vous voulez en savoir plus pour pouvoir y accéder cliquez  ICI.

*****


Bonjour mes amis, c'est moi Xavier, je fais un voyage, un fabuleux curieux voyage qui va vous rendre fou de jalousie, une invitation venant du passé dans un lieu intemporel. Voici mon histoire...

 Tout a commencé en faisant du ménage dans le grenier de la maison de campagne familial cet été. Je découvris dans une malle un curieux dossier, à l’intérieur tout était palis et poussiéreux par les années mais encore très lisible. Écarquillant de large yeux de surprise en voyant de quoi ça parlait tout en regardant autour de moi que personne ne vit en moi mon émoi, ma mère, ma femme,...tous étaient occupé, penché dans tout ce capharnaüm. Je cacha précieusement ma découverte sous mon T-shirt, n'en revenant toujours pas et je m’éclipsa discrètement en faignant d'aller aux toilettes pour être plus tranquille et seul. Je ferma la porte des toilettes et essaya de garder mon calme, mon cœur battait la chamade, comme excité lors d'un premier rendez-vous devant une femme nue. Je m'assis, les yeux fermés, je rouvris le dossier, doucement, précieusement. En moi je me disais "pourvu que j'ai bien vu"..."mais si c'est ça, comment diable c'est possible"..."ça existe vraiment?"...tout ces questions ce mélangèrent et mirent de la confusion dans mon esprit, je pris une forte respiration et ouvra les yeux pour découvrir mon sésame.

- "Putain de merde...", je n'ai pu m’empêcher d’échapper ce juron de ma bouche, mettant mes mains dessus comme pour empêcher d'autre son de sortir, retenant ma respiration bruyante dans ma poitrine, j'écoutai les bruits en dehors de mon abri pour me rassurer que personne ne m'avait entendu...non, tout était ok, je pu enfin me remettre, en silence, à mon travail d'investigation...("Qu'est ce donc"..."Qu'a-t-il découvert"...vous vous dites depuis tout à l'heure, et bien je vais vous le dire...soyez patient).

 J'avais entre mes mains tout un dossier sur Bikini Beach, ce parc de légende connu dans le monde du TG, remplit de superbe créature de rêves dans leurs tenues sexy et aguichante, leurs corps aux courbures de déesse qui mettent bien en valeur et en avant leurs fesses et leurs magnifiques seins, ce parc uniquement réservé aux femmes où l'homme est totalement interdit sauf après un passage au douche pour lui faire perdre toute masculinité et le rendre totalement en configuration dans ce paysage de sensualité féminine, à condition que celui-ci s'acquitte à l'entrée d'un pass parmi tout ceux proposé...
 Dans mes mains, j'avais tout les renseignements, plan, tarif, localisation, ces documents dataient de 1980, en français avec quelques mots en anglais comme pour tout les autres parcs comme l'est Eurodisney, les prix étaient en dollars mais à des prix exorbitants. Je n'en croyait pas mes yeux, ce parc existe bien, même si les prix ont du évoluer ils restaient élever à l'époque, même pour la durée la plus courte comme la journée, mais qu'importe il me faillait y aller quitte à m'endetter. Je m'empressa de voir sur ces documents l'adresse de ce lieux paradisiaque qui allait enfin changer ma vie, je m'y voyait déjà achetant mon billet pour une journée, passer à la douche, sentir mon corps changer doucement, se féminiser, rapetisser, mincir à certain endroit et grossir à d'autre, j'avais une trique d'enfers à ces pensées...mais très vite cela retomba quand je découvris que l'adresse était illisible, effacé par l'humidité du grenier et de toute ces mauvaises années de conservation.

- "Merde, crotte, zut, flûte et caca boudin..."(oui, c'est un de mes petits juron personnel, j'aurais pu dire aussi "Putain, merde, fait chier" et vice versa (référence aux Inconnus, pour ceux qui connaisse), mais revenons à notre histoire)...

J'était dégoutté, si proche du but de réaliser mon fantasme d’être provisoirement dans le corps d'une femme et de pouvoir ressentir ce qu'elles ressentent enfin,...j'en pleurait presque tant ma déception était grande, d'autant que je vis une chose au fond du dossier qui aurait pu combler mes futures dépenses, si part cette provisoire expérience je voulait aller plus loin, je renversa le dossier pour le faire tomber à terre...un Pass à vie à Bikini Beach...Si c'était comme nos histoires TG, je savais ce qui se produirait à l'utilisation de celui-ci mais surtout pour l'utilisateur, cette pensée m'excita tout en me faisant peur, que deviendra ma vie, ma femme, mon fils que deviendraient-ils aussi, et puis si le faite de devenir une femme totalement mais surtout définitivement allait me plaire, si ce que j'allait ressentir n'allait pas me dégoûter, sentir mon sexe de femme mouiller à chaque pulsion d'excitation, être faible par rapport à ça et perdre le contrôle de moi comme dans les bras musclé d'un homme, mais surtout sentir une bite au fond de moi, sentir en moi une jouissance grandissante, bruyante et haletante, l'orgasme d'une femme comme cette petite mort incontrôlable qui nous excite nous les hommes en les voyant faible et chienne à la fois tremblante d'excitation et humide enlacer sous nos bras musclés, allais-je apprécier et aimer ça ?
 En fin de compte, je ne savais pas, je me dis que peut être ce fut le destin que cette adresse soit illisible comme pour m’empêcher de faire une bêtise, je décida donc de tout ranger et de brûler tout ça, je pris la pile de feuille et mis le tout dans le dossier, il ne me resta par terre que le "Lifetime Pass" que je pris pour la première fois en main. Je me pencha pour l'attraper, mais une fois en main je fut comme hypnotiser, une décharge me parcourra le corps tout entier et je vis ma vision se brouiller et d'un coup un voile noir s'abattit, je perçu une vague sensation de chute vertigineuse interminable vers le sol de mon refuge, un sol que je ne perçu pas comme différent vu mon inconscience et qui pourtant n'appartenait pas à ma réalité que je quitta pour totalement disparaître de cette dernière.

 Après un long moment je sentis sur moi une sensation de chaleur et une lumière intense qui me réveilla, ouvrant les yeux, je vis que je n'étais plus chez moi, ni même dans mes toilettes, j'était dehors dans un décors de sable et de palmier avec une mer bleu turquoise, j’entrepris un tour d'horizons quand je vis derrière moi une curieuse enseigne dont les mots qu'elle formait ne disait quelque chose "Welcome to Bikini Beach, Entrance", la tête me tournait, j'était sonné, j'avais du mal à retrouver mes esprits, je titubais, mais en moi ces mots, que j'avais lu, résonnaient au plus profond de moi et me mettaient en garde, mais pourquoi ? Pourtant il n'y avait rien d'autre autour et j'avais trop soif, j'avais une envie de me rafraîchir, je me traîna donc vers ce lieu interdit. Je vis plein de femmes entrer dans des tenues sexy mais d'un autre temps, je mis ça sur mon état, mais les voitures comme tout autour de moi étaient des années 80, ma tête tournait et tournait. 

 Arrivé à l'entrée, une vieille dame ma parla : 
- "Désolé monsieur mais la parc est interdit aux hommes et..." elle se tut en voyant ce que j'avais en main "...ha! mais pour vous c'est différent, donnez moi votre Pass..."
- "Pass quel Pass "me dis-je en tendant machinalement comme un robot le Lifetime Pass qui avait fais le voyage avec moi, "Tout ce que je veux c'est à boire et me rafraîchir s'il vous plait", arrivais-je encore à articuler la gorge sèche et noué.
- "Pas de soucis, monsieur, vous pourrez boire ce que vous voulez une fois dans la parc, mais avant et ça tombe bien que vous vouliez vous rafraîchir, il vous faudra passer à la douche, là bas au fond à gauche, tenez voici une serviette et dans ce sac votre tenue de bain, vu votre état je vais demander à que l'on vous y emmène", elle appuya sur une sonnette comme pour appeler du personnel et deux "bombes" sexy apparurent à ses côtés, "mesdemoiselles s'il vous plait, pouvez vous aider ce jeune homme et l'emmener à l'entrée des douches pour hommes, c'est un client à vie, prenez en soin."
- "Tout de suite madame...", les deux jeunes femmes dans un superbe bikini sexy, me prirent bras dessous pour m'aider à marcher vers ce qui allait devenir mon destin.
- "Tu vas voir chérie, tu vas te sentir mieux après ça, comme nous toutes.", dit la première.
- "Oui on va pouvoir après s'amuser ensemble, comme des folles, à tout de suite, et n'oublies pas ton haut.", répondit la seconde.
 J'était tellement sonné et émerveillé par cette vision que je ne pris pas attention à tout le sens des mots qu'elles me dirent, tout ce que j'avais envie là était de prendre une bonne douche pour mettre de l'ordre dans mes esprits et retrouver ces bombasses d'un autre temps. 

 Je me mis nu et entra rapidement dans la première cabine qui se présenta, dès que je sentis l'eau au contact de ma peau, je sentis une énergie de bien être parcourir mon corps tout entier aussi bien de l’extérieur que bizarrement à l’intérieur. J'étais bien, c'est comme si je rajeunissais, et je me mis à repenser comment j'étais arrivé ici, d'abord qui j'étais, mon prénom, Xavier, qu'est ce que je faisais avant d'arriver là. Doucement mes souvenirs refaisaient surface, en même temps que cette eau agréable, coulant le long de mon corps, prenait une couleur rosé et un doux parfum de rose. Je ferma les yeux pour en mieux apprécier les effets, je vis dans ma tête le rangement dans le grenier, je me sentis plus léger petit à petit, comme si je rapetissais un peu, fondais à certain endroit, mais j'étais bien.  Puis d'un coup, dans toutes ces pensés, je compris pourquoi le parc Bikini Beach me disait quelque chose en me voyant en main un dossier pourtant son nom et en sentant sur ma tête, bien que plus petite qu'à l'accoutumé, quelque chose courir tout le long de ma nuque et me caresser le dos, tout fut clair, je me rappelait de tout, de ma femme, de mon fils, de la maison de famille, du rangement, mais aussi de la signification pour moi de ce parc et du Pass à vie. 
 J'ouvris les yeux mais il était bien trop tard pour moi. Ce que je sentais courir ainsi dans mon dos était un longue chevelure blonde qui couvrait maintenant largement mes épaules, même plus, des épaules plus fine comme le reste de mon corps, si fin, si androgyne n'ayant plus un poils partout, ni sur le torse, ni au jambe, plus de barbe, juste mes nouveaux cheveux longs et blonds, avec un très léger duvet au bras et encore, une petite touffe de poils sur mon pubis qui entourais ce qui fut autrefois ma grosse bite. L'eau a beau avoir un effet rétrécissant chez nous les hommes mais là c'était pire qu'avant, mon pénis et mes testicules étaient vraiment plus minuscule que l’accoutumer.

- "Bon sang c'est pas possible, je rêve, que m'arrive-t-il..." me dis-je.

 Je sentis mes jambes se remodeler et s'allonger lentement pour découvrir de fin mollet sur de petits pieds, surmonter de cuisse ferme et féminine, mes fesses devinrent rondes et sexy. Mais cela ne s’arrêta pas là, plus haut mes hanches s'élargirent autant que ma taille s'affinait pour me donner une silhouette en forme de 8.
 En baissant la tête pour prendre connaissance des changements du à toute ses sensations, je vis mes tétons durcirent et prirent du volume ainsi que mes aréoles se tendirent et s'élargirent petit à petit, le tout étaient entrain de pousser en commençant par de petits cônes tout durent, comme l'ont les petites filles au moment de leur puberté, qui se remplirent de graisse et enflèrent doucement comme deux ballons qui se gonflaient de l’intérieur.
 Je les prirent à pleine mains et essayait de faire pression dessus de toute mes forces pour les empêcher de pousser, mais en vain, je compris que l'apparition de ces glande mammaires qui se mettait en place en grandissant étaient plus forte que moi et qu'aussi ma force n'était plus celle de bras musclé, mais bien celle de frêle petit bras fin et fragile d'une femme. 
 J'abandonna ce combat perdu d'avance, non pas par résignation mais bien du fait de la sensibilité de ces protubérance de chair qui s'accentuait sans cesse grandissant, mêlant douleur par cette pression et une excitation intérieur qui se propageait, se connectait à toute les zones de mon corps montant de plus en plus en pulsation, rythmé par les battements de mon cœur qui battait de plus en plus vite.
 J'étais de plus en plus horrifié de ce que je voyait ce produire sur l'intégralité de mon corps anciennement virile, mais j'étais pas encore arrivé au bout de mes peines, car plus mes seins prirent de l’ampleur et de poids plus je sentis à un autre endroit un vide se former et m'inquiéter.

- "Oh non pas ça...oui, je voulais devenir une femme, mais pas une femme à vie, non...pas ça...pas ma bite, non..."dis-je, ne prenant nullement attention à ma voix de plus en plus porté sur les aiguës et féminine.

 Je me précipita en dehors de la douche, en poussant un crie de terreur comme le font ces filles dans les bon films d'horreur, mais là aussi mes préoccupations étaient ailleurs et cherchant autour de moi cette fille au cri de harpie, je ne pris connaissance que c'était moi. Je pensais surtout qu'en m’expulsant de la sorte de la douche et n'étant plus sous l'eau, que les effets s'étaient interrompus et que même, ils avaient fais leur chemin inverse, que j'étais redevenus comme avant, ne sentant plus la sensation de plaisir et d’extase que me produisait ces milliard de petites gouttes d'eau en caressant la douceur sensible de ma peau et dressant les quelque poils de mon fin duvet sur tout mon corps. Je me trompais lourdement m’accrochant dure comme fer à cette croyance impossible et cette fausse vérité.
 La vapeur d'eau des douches s'estompa, je découvris devant moi une très belle blonde, en voyant la femme qui me regardait, je me sentis dur, elle était si sexy, qu'aucun homme aurait pu résister de la sorte devant ce corps de déesse. En la scrutant de haut en bas, je vis qu'elle avait une petite protubérance minuscule durcir et se lever, une petite bite, comme celle de mon petit garçon, qui surplombait un petit scrotum tout recroquevillé dont je voyais le contour de deux petites glandes qu'étaient ses testicules. 
 Je trouvais bien dommage que ce ne fut qu'un transsexuel que je voyais là, il ne lui manquait qu'une très belle petite fente bien dessiné et charnue surplombé d'un léger duvet blond sur son pubis pour qu'elle soit totalement et parfaitement une femme. Pourtant je me sentis de plus en plus dur mais en même temps cette zone dure avait moins de superficie, je décida de jeter un coup d’œil pour voir et laissa planter devant moi cette "fausse belle"en baissant les yeux.
 Horreur, deux maxi protubérances gâchaient ma vue, je m'étais trompé, le faites d'être sorti de la douche ne m'avait pas rendu mon corps d’athlète masculin, mais pire, la transformation continuait son périple jusqu'à sa phase final. Je compris alors que cette "fausse belle" blonde qui était devant moi, n'était qu'autre que moi et que j'étais face à un miroir, un putain de miroir, je sautillais d'horreur en gesticulant les bras comme une hystérique, l'expression d'angoisse sur mon visage sexy et ma gestuel accentuaient de plus en plus ces mouvements incontrôlables qui faisait ballotter dans tout les sens mes larges lobes qu'étaient désormais mes seins si parfais et si dangereusement sensible. Me voir ainsi et ressentir les mouvements sexy que je produisait devant ce miroir et qui produisais en moi jusqu'à lors des sensations inconnues d'excitation, malgré cette peur de voir la vérité en face, me rendit des plus immobile et stoïque, je ne pouvais plus rien faire qu'attendre.
 J’écartais les jambes pour essayer comme je pouvais d’empêcher mes testicules de rentrer en moi, mais tout comme pour la naissance de mes seins, ce fut peine perdu et ne me retrouvait qu'avoir en main la peau fripé de mes bourses qui glissaient le long de mes fins doigts manucurés. Je les sentis se défaire de l'emprise de mes longs ongles, en moi un plaisir immense monta jusqu'à mes tempes au fur et à mesure que je sentis se déplacer mes testicules au fond de mes entrailles et en même temps en dessus, de ce qui reste de ma microscopique bite toute dure, si petite, si dure mais putain tellement plus sensible que n'était mon gland. L’effleurement de ce petit bouton part mes longs doigts fins, gesticulant comme paniqués sur toute cette surface de mon entrejambes, me confirma l'ampleur et l'importance pour la femme de l'avoir en première ligne de son sexe, l'avant garde de l’extase et du plaisir qu'est devenu désormais et finalement mon pénis en mon précieux clitoris.
 Le vide se fit de plus en plus pressant entre mes jambes, se former dans le replis d’anciennement mes bourses, une fente bien humide, se former les grande lèvres, puis les petites lèvres d'un sexe de femme qui s'enroulèrent autour de mon nouveau clitoris pour lui faire un abris de par un capuchon protecteur. Plus bas, un nouveau petit trou s'ouvrit, ressentant ça comme une petite piqûre quand il éclata en perlant de petite goutte d'urine, ma nouvelle urètre était née. J'avais mes tempes de plus en plus compresser, sentant les veines gonflées et retentissant le rythme endiablé de la vitesse de mon cœur face à cette extase de plaisir de plus en plus incontrôlable, mais tellement jouissif. Je me voyait haletant la bouche ronde devant le miroir, poussé de petit râle de plaisir en même temps que de supplier d'une voix faible et féminine vaincu par le plaisir :

- "Noooonn...pas çaaaa...HHhahaaaaa...". 

 J'arrivais à l'apogée de mon plaisir, en jouissant de plus en plus, et plus le plaisir montait et plus je sentait une cavité de plus en plus vaste se former en dessous de mon urètre et qui me déchirait, qui vibrait à chaque râle de ma part. Cette cavité s’engouffrait à l’intérieur de moi comme si je m’empalait. Autant la formation de mon urètre était indolore, que cette nouvelle cavité mêlait douleur et plaisir insoutenable, mais je n'y pouvais rien, plutôt je n'y pouvais plus rien, surtout lorsqu'un orgasme puisant et répétitif survint au moment de la connexion de mon vagin à mon utérus, qui formé de l’intérieur, par mes anciennes testicules qui devinrent pour l'éternité mes ovaires reproductrices. Des jets de cyprines en saccade sortie en masse de ma chatte à chaque orgasmes et à chaque resserrement de mon vagin comme s'il respirait comme une bouche béante, profonde et baveuse.
 Je me vis hurler ces orgasmes dans le miroir, mon premier orgasme multiple féminin et j'entendis finalement ma voix de femme comblé, exténué et pleurant de tristesse de ma déchéance et ma bêtise. Je m'écroula en sanglot, dans la flaque de ma jouissance, j'avais si honte d'avoir succomber à ça, d'être si ruisselante, en sueur et humide, de ne pas avoir pu la contrôler, voir à arrêter ces orgasmes et ces jets de mouille sortir de moi, mais je n'étais plus qu'une femme, une faible femme fragile, blonde, pulpeuse d'un bon bonnet C ou D, 90/95, jeune, 20 ans tout au plus rien avoir avec mes 37 ans d'hommes d'age mur, je voyais là la femme de mes rêves, mais au lieu d’être avec elle, j'étais à présent elle.

 J'entendis des voix au dehors m'interpeller, ne pouvant sortir ainsi nu, j'ouvrit le sac pour mettre ma tenue de bain, super me dis-je une femme avec un maillot d'homme, mais à ma grande surprise ce ne fut pas un maillot d'homme mais un bikini deux pièces, les interpellations se faisant de plus en plus pressante, j'enfila précipitamment le bas et sorti avec le haut en main, encore toute ruisselante. Devant moi ce trouvait mes deux hôtesses de tout à l'heure.

- "Bon dieu, qu'est ce que vous avez fais de moi, tout ce que je voulais c'était de boire et de me rafraîchir, je ne voulais pas utiliser le Pass et où se trouve la vieille dame de l'entrée, cette salope..."
- "Ici, Chloé, et je te pris d'être polis et aussi de ne pas te balader ainsi, à quoi te sers ce haut si tu ne le mets pas pour soutenir tes jolies seins, voyons Chloé, ce n'est pas bien ma petite..."
- "Chloé, mais je ne m’appelle pas Chloé, ça va pas non, vous savez que je suis une femme du nom de Chloé...???...non, je suis Chloé, merde non, je suis CHLOOOOÉ...mais pourquoi je ne peux pas dire mon vrai prénom, je sais au fond de moi que je ne suis pas ce que je suis..." 
 Cela avait l'air confus en le disant mais je savais que je n'étais pas une femme mais bien un homme et que j'étais Xavier, mais tout ce qui sortait de ma bouche était le contraire, je me sentis piégé, tout ce que je voulais c'était de retourner chez moi, de redevenir un homme, comme si cela n'était jamais arrivé, mais comment ?

- "Je sais ce que tu te dis ma petite, mais il faudra t'y faire maintenant, tu n'es plus qu'une femme, une simple faible femme, fort jolie ma fois, tu en as de la chance tu vas en avoir des amants et faire des ravages dans la gente masculine..." 
 J'avais l'impression qu'elle lisait en moi comme un livre ouvert.
- "Mais bien sur que je lis en toi comment pourrais je te donner ces réponses sinon, nous sommes en 1980, mais un 1980 où le temps c'est presque arrêté, où le sable du temps découle de plus en plus lentement au fur et à mesure qui court, je pourrais te renvoyer à ton époque mais tu prendrais 33 ans de plus ce qui te fera plus de 50 ans dans ton époque et tu n'auras pas profiter des joies et des plaisirs que peut t'offrir un tel corps saches le. Si tu t'inquiètes pour ta famille je peux m'arranger pour les faire venir ici, ils auront une vie qui s'adaptera à la tienne, à toi de choisir, je peux faire en sorte que ta femme soit ton amante lesbienne ou bien la transformer à son moi opposé, un bel amant et mari, jeune comme toi qui pourra te donner la fille que vous avez toujours rêvé d'avoir comme petite sœur à votre fils. Si elle veut, ta femme, pourra choisir de redevenir une femme quand vos enfants seront en age de s'assumer. Je peux même si tu le veux t'accorder en plus le moyen de faire parvenir des messages à ceux de ton époque, cela te rassures, alors que choisis tu ?"

 Après une bonne douche pour me laver de ma jouissance et aussi enlever l'odeur de la femme en rûte et excité que j'étais devenu lors de ma transformation, je me résigna à mon sort, mis le haut du bikini et suivi mes nouvelles copines. Il y avait peu de choix après tout, alors je choisis le plus pertinent et le plus logique, je resta ici, femme parmi ces femmes travaillant à Bikini Beach comme hôtesse, ma femme et mon fils me rejoignirent, ma femme devint un homme et me donna tout l'amour et le plaisir que je lui donnais avant, ainsi qu'une fille, d’ailleurs le temps que vous lisiez ce message, 33 ans ce seront écoulés, ma femme aura certainement repris l'apparence d'une femme en travaillant avec moi à Bikini Beach.
 Et vous qu'auriez vous choisis ? Et si vous trouviez une tel découverte, que feriez vous ? Seriez-vous l'une des nôtres?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire