samedi 19 octobre 2013

TG Story spécial Halloween par Angélique

Pour ce mois d'Octobre et l'avenue d'Halloween, voici encore une histoire qui a été publié sur le blog TG AR TF French Caption, faites par Angélique. Il en a écrit d'autres sur TG AR TF French Caption, donc si vous voulez en savoir plus pour pouvoir y accéder cliquez  ICI.

*****

Une soirée très particulière

Lors d’une soirée parmi les autres, Félix but un verre de trop et alla draguer de manière assez lourde Eva, une jolie petite blonde présente à la fête.

-Salut.
-Salut.
-Je t’ai jamais vu dans le coin, t’es nouvelle ?
-Oui, oui, on va dire ça. 
-Tu t’appelles comment ?
-Eva, et toi ?
- Félix.
-Dis-moi, Félix…Ca te dirait qu’on aille se balader dans les environs ?
-Avec plaisir.

Ils firent tout les deux quelques pas jusqu’à arriver à une ancienne maison abandonne depuis plusieurs années, couverte de végétation, le plafond et les murs intérieurs se sont effondrées, l’escalier menant à l’étage c’était écroulé en grande partie. Eva rentra dans la maison et regarda la taille de certaines pièces jusqu’à arriver dans le salon. Félix trouva alors l’endroit assez classe, il y avait un canapé et un fauteuil ramenés ici sans doute par des squatteurs. Puis c’est là qu’il se rendit compte de quelque chose de bizarre, bien qu’abandonnée, la maison était encore meublée une fois rentré dans le fond de la maison, cette construction semblait plus qu’étrange et Eva ne trouva pas ça bizarre pour rien au monde.

-Suis-moi par ici.
-Attends tu connais cette maison ?
-Viens, dépêches-toi.   

En arrivant à l’étage, il trouva une chambre entièrement meublée, des bougies avait été allumés et Eva s’allongea sur le lit.

-Tu me rejoins ?

Félix trouva la situation plus que bizarre.

-Une minute, je suis désolé, t’es canon, ok, mais c’est quoi cet endroit et comment ça se fait que c’est tout écroulés devant et que là, t’as une chambre…entièrement…meublée.

Félix commença à se sentir mal, sa tête lui tournait, il rejoint alors Eva sans plus se poser de questions. Elle commença à l’embrasser et il l’enlaça alors. Félix ne savait plus ce qu’il faisait, il était comme…possédé.

-Et après ? Qu’est-ce qui c’est passé ?
-Je sais plus, je m’en souviens plus, c’est bizarre, j’ai comme un trou après ce moment là.
-Pff, ouais genre, au moment où ça commençait à devenir assez chaud.

Félix avait rejoint ses amis le lendemain pour déjeuner et leur raconta alors cette histoire, Alex, Maxence, Xavier et Julien avait du mal à croire leur ami.

-Pff, t’as pas tout simplement bu un coup de trop ?
-Non, écoutez si vous voulez, on se rejoint ce soir devant l’arrêt du bus 42 et je vous y emmènes. Vous verrez qu’elle existe cette baraque.
-Moi, je te crois, je suis passé devant cette baraque en rentrant des cours, elle fait flipper de l’extérieur. 
-Merci, Max, ben de l’intérieur aussi, crois-moi.
-Attends, tu vas me faire croire que cette histoire a vraiment eu lieu.
-Oui.
-Ok, très bien, on y va ce soir et si y’a rien là bas, tu passe la nuit dedans.

Félix se passa un peu d’eau sur le visage quand il eut une sorte de flash de la nuit précédente, Eva lui souffla une sorte de poudre étincelante sur lui, sa vue se troubla un bref instant après s’être rappelé ce souvenir. Il repensa à Eva à ce moment là et la vit derrière lui dans le reflet du miroir.

-Toi ! Qu’est-ce que tu fais ici !

C’est là qu’il arriva quelque chose d’assez étrange et légèrement effrayant, Eva se mit à rire en le regardant, Félix se retourna et elle n’était pas là. Pourtant il la voyait clairement dans le miroir et l’entendait rire.  

-Ah, enfin, on avait cru que t’étais tombé dedans. Félix, ca va, mon vieux ?
-Oui, oui…Je viens de penser à un truc, rien de méchant, bon à ce soir.
-Tu m’inquiètes, mon vieux.

Félix serra la main à ses amis pour leur dire au revoir quand Alex sentit une coupure.

-Aïe, tu m’as griffé.
-Désolé. Alex.

Maxence regarda Félix étrangement.

-T’es sûr que ca va ?
-Oui, oui, tout va bien. A plus tard.

Le bus arriva et plusieurs personnes monta, Félix eut une autre absence de quelques secondes. Il monta alors dans le bus et le chauffeur lui sourit de façon très bizarre. Son voisin de siège aussi sembla alors apprécier que Félix se sois assis à côté de lui. En descendant du bus, Félix eut l’impression étrange d’un courant d’air au niveau des jambes.
Autour de 17h, Max était le premier arrivé à l’arrêt de bus du 42, il consulta ses mails depuis son téléphone en attendant les autres. Il vit sur le trottoir d’en face une jolie demoiselle, une brune qui attendait le bus parmi les autres personnes, elle semblait le regarder.

-Hé, Maxence !
-Salut, Xavier, t’as eu des news des autres ?
-Non, Félix s’est rendu directement là bas après le boulot. J’espères qu’il va pas nous faire une blague, sérieusement, son histoire était, Max ? Qu’est-ce que tu regardes ?
-Non, rien, y’avait une fille et elle est plus là.
-Oui, ca arrives qu’il y est des filles sur le trottoir d’en face.
Alex arriva en troisième, il semblait fiévreux.
-Houlà, ca va pas ?
-Si, si, t’en fais pas, on attends encore Julien et Félix.
-Non, Félix est déjà sur place.
-Je viens d’avoir un message de Julien, il a pris le bus, c’était plus facile pour lui. 
Les trois amis montèrent à nouveau dans le bus pour quatre arrêts, Julien attendait devant l’arrêt.
-Resalut, t’as vu Félix ?
-Non, il est pas avec vous ?
-Non.
-La maison est par là, suivez-moi.

Ils croisèrent deux jeunes écoutant du rap traversant sur le trottoir d’en face, la nuit n’était pas encore tombée, Alex toussa un peu en rentrant dans la maison, il fixa alors le vide sans que les autres ne s’en rende compte.

-Bienvenue, mes amis.

La situation aurait paru ridicule sans le regard de Félix, il portant une robe en dentelle noire, des talons aiguilles et était maquillés à outrance, sa manière de parler et de bouger était différente. Les autres se retenaient de rire en le voyant, sauf Alex, qui au contraire, se sentait de plus en plus mal tandis qu’il approchait.

-Ne vous fiez pas à mon apparence, vous vous en rendrez compte dans peu de temps.

Maxence était celui le plus méfiant de l’attitude de Félix.

-Qu’est-ce qui t’es arrivé ?
-On m’a offert une nouvelle…perspective, disons que je vois les choses différemment désormais. Par ici.

Julien fut celui qui se moqua de Félix en premier, il éclata de rire quand il se rendit compte qu’il ne portait rien sous la robe en dentelle, Félix se retourna et le fixa du regard, tout comme Alex, il se sentit mal en étant toisé ainsi. Xavier sourit en regardant également ses fesses et son pénis sous la robe, il ne s’était pas épilé et le résultat aurait paru grotesque. Il le regarda passer devant et le croisement de ses jambes lui parut étrange, les talons claquaient sur le sol et c’est là que Xavier cru voir quelque chose pendant que Félix marchait, les fesses et les jambes de Félix devenaient beaucoup moins repoussante et masculine, bien au contraire, les hanches et le bassin semblaient totalement différentes et terriblement attrayantes, sa peau prit une couleur pèche et surtout ses fesses étaient désormais rebondies, de dos, Félix ne ressemblait plus du tout à ce qu’il était jusqu’à présent.

Il fit rentrer ses amis dans le salon où la cheminée était cette fois allumée, Maxence remarqua quelque chose d’autre quand Félix passa près du feu, des boucles de cheveux glissaient à présent le long des épaules, des mèches blondes tirant légèrement sur le roux mais surtout, c’était la présence des seins extraordinaires et somptueux qui attira le regard de Max, il regarda de bas en haut et le corps de Félix était magnifique, ventre plat, nombril sexy, balancement des jambes mais surtout il avait à présent un vagin épilée visible sous sa robe, le sourire qui était le sien était différent, ses lèvres n’étaient plus les mêmes non plus tout comme le regard et le visage était celui d’une jeune femme, une très belle jeune femme.   

-Alors ? Encore des sujets de moquerie sur mon apparence ?

Sa voix était douce et musicale, les quatre garçons regardaient Félix, ou plutôt la superbe jeune femme qui se tenait devant eux, avec un désir certains.

-Qui êtes vous ? Qu’est-ce que vous avez fait à Félix ?
-Je suis ou plutôt j’étais Félix, appelez-moi Félicia, je préfères.

Xavier recula en voyant la superbe jeune femme, Maxence resta en retrait, Julien était le seul à oser s’approcher, Alex, lui, resta en arrière, se sentant très faible.

-Félix ? Ou plutôt Félicia, qu’est-ce qui t’es arrivé ? Tu es devenue…
 -Une femme, magnifique, je te remercies.

Julien était le seul à oser s’approcher et se rendre compte de tout le charme qu’avait Félicia. Il avait envie de la toucher pour s’assurer que ce n’était pas un rêve.

-Non, tu ne rêves pas et touches moi si tu en as envie.

Julien fut surpris, il avait très envie de l’embrasser.

-Julien, recules ! Tu vois que ce n’est pas Félix, elle est peut-être dangereuse.

Leurs lèvres étaient à quelques centimètres de l’autre quand Xavier le mit en garde, Maxence observait Félicia avec appétit, totalement envoûtée par sa beauté.

-Et bien, Max ? Toi aussi, tu as envie de moi, n’est-ce pas ?
-Alex, bon sang, qu’est-ce qui t’arrives ?
-Je ne sais pas, c’est depuis cet après-midi, il m’a griffé et…je me sens plus moi-même.

Alex voyait ses cheveux devenir blond, il avait perdu toute trace de muscle et son corps semblait plus petit à présent.  Félicia s’approcha de lui mais Xavier se mit sur sa route.

-Ne t’approches pas de lui !

Félicia lui sourit.

-Vous ne voulez pas savoir ce qui lui arrive ? Ou pourquoi je vous ai fait venir ici ?

Les portes du salon se refermèrent, Maxence se sentit alors paniqué. Alex vit quelque chose d’assez curieux, au lieu que ce soit son corps qui se transforme, il avait l’impression que son corps semblait…disparaître pour en faire apparaître un autre. Julien fit des yeux ronds quand il regarda Alex et Xavier aussi.

-Qu’est-ce qu’il y a ?
-Heu, Alex, c’est toi ? 

La voix à l’instant était celle d’une jeune femme, il vit alors les boucles blondes et sa poitrine, ses vêtements aussi commençaient à s’adapter pour ce nouveau corps.

-Non, non !
-J’ai besoin de vous toutes. Je suis désolé, Alex, j’ai malencontreusement libéré ton pouvoir dans votre monde, c’est pour ça que tu souffres, une fois la transition effectuée, tu iras beaucoup mieux.
-Tu vas surtout rendre son apparence à notre ami !
-Mais c’est son apparence, elle a toujours été ainsi, n’est-ce pas ?

Les autres avaient du mal à se concentrer, Alex vit le bustier révéler sa poitrine, ses lèvres couvertes de gloss rose, son mascara autour de ces beaux yeux. Ses jolies jambes révélées par la mini jupe ouverte qu’elle portait et elle avait également un pendentif fantaisie en forme de cœur autour du cou. Maxence regarda Alexia avec attirance, en temps normal, il serait déjà aller la draguer.
Julien et Xavier regardait l’attitude d’Alexia qui ne semblaient aucune paniqués.

-Bon sang de merde, qu’est-ce que tu lui as fais ?
-Je l’ai dit, un petit accident. Qui est la suivante ?
-Suivante ? Mais vous êtes complètement dingue ?

Félicia soupira et Xavier se sentit étrange, très étrange, Maxence regarda Xavier, il était en train de devenir très pâle, il se tenait le ventre qui lui faisait horriblement mal.  

-Qu’est-ce que vous faites à notre ami ?

Félicia tendait sa main vers Xavier, on voyait qu’elle était en train d’aspirer quelque chose hors de son corps. Julien alla aider Alexia mais son regard et son sourire indiquait qu’elle était totalement lucide.

-Salut, comment tu me trouves à présent ?
-Alex…
-Alexia, s’il te plaît.

Elle aussi tendit sa main vers Julien qui se prit alors de douleurs comme Xavier. Max regarda ses amis sans pouvoir rien faire. Xavier avait changé, il n’avait plus rien d’un homme, il était plus mince, plus petit, imberbe et semblait plus jeune. Julien atteignit ce stade rapidement tandis qu’Alexia rejoignit Félicia.

-Bon sang ! Qu’est-ce que vous nous voulez ?
-Nous avons besoin de vos corps afin de nous incarner d’ici demain. Et nous vous offrons un avantage considérable, de devenir des jeunes sorcières très sexy.
-Des sorcières ? Ca explique ce que vous faites.
-Non, ca n’expliques rien, nous avons besoin de corps et ce, chaque année.
-Qu’est-ce qui va arriver à mes amis ?
-Nous avons expulsé leur virilité pour les rendre androgyne, il ne leur reste plus qu’à accepter leur nouvelle identité à présent. Tout comme toi.
-Non, Félicia, je voudrais lui réserver un traitement spécial.

 Max recula tandis que Julien regardait son corps s’effacer comme s’il était un fantôme, il voyait apparaître dessous un corps somptueux de jeune femme qu’il n’aurait jamais pensé avoir un jour, son premier réflexe fut évidemment de toucher de ses ongles désormais longs, sa superbe poitrine qui était désormais visible mais surtout dont il sentait le poids et leurs sensibilités. Xavier aussi souriait pendant qu’elle découvrait progressivement des courbes affolantes qui était désormais les siennes, elle semblait ravie de voir ses jambes fuselées et ses hanches larges, sa plastique surpassait celle des autres filles et d’une voix fluette, elle gémit en se palpant les seins. Ses superbes cheveux blonds bouclés chatouillait son opulente poitrine, son visage s’effaça progressivement pour laisser apparaitre celui d’une jeune femme très désirable. 

-Xavier, Julien, non, reprenez-vous les gars !

Les deux séduisantes jeunes femmes étaient enivrés de leur beautés et sourient pour séduire Maxence, le regard bleu profond des yeux de Xavier le déconcentra.

-Quoi ? Ose me dire qu’on ne t’attires pas, Alice ou moi ?

Alice était elle aussi très belle, elle rabattit ses cheveux en arrière en souriant, Chloé, elle aussi souriait en se caressant les cuisses.

-Hummm, c’est trop bon d’être une femme…
-Reprends-toi, Chloé.
-Maxence, à ton tour, ma chérie.
-Non, non, vous ne ferez rien avec moi.

Les vêtements d’Alice et Chloé changèrent pour la même tenue que Félicia et Alexia à présent, elles étaient habillés et maquillées comme des sorcières, Chloé vit passer la magie au bout des doigts et s’en amusa.

-Je peux essayer ?
-Je t’en prie, ma chère sœur.
-Hum, voyons voir, il faut varier un peu les plaisirs, hop !  
     
Le sort frappa Maxence directement, il vit qu’il non pas avait mal mais rétrécissait tout comme les autres, il perdit toute trace de pilosité très rapidement, Chloé aspira toute énergie masculine de son corps sans que Maxence ne put rien faire.

-Très intéressant, la plus jeune de nous cinq.
-Oui, et une petite brunette, pour varier un peu.

Maxence était redevenu un adolescent, il ne devait pas avoir plus de 14 ans quand il vit ses cheveux devenirs bruns foncés et plus longs.

-Non, non, arrêtez ça.

Maxence vit alors les vêtements de sorcières se poser sur lui sans qu’il puisse rien faire. La robe de dentelle augmenta la sensibilité de son corps, ses cheveux poussèrent jusqu’à mi-dos, son visage se recouvrit d’une sorte d’étincelle qui redessinait ses traits juvéniles en celui d’une jeune fille, son corps s’effaça sous l’impulsion des étincelles et Max sentit alors ce que les autres avait ressentis : la transition de son corps d’homme à celui de jeune femme, il prit alors conscience de ce qui lui arrivait et ses jeunes courbes d’adolescente augmentèrent pour atteindre un niveau égale à ses sœurs, la ravissante Vanessa ouvrit les yeux en soupirant.

-Alors ? Toujours contre le fait d’être une jeune femme ?
-Hum, oh…Bien sûr que non. Merci mes sœurs.
-De rien, approches. Et rejoins-nous.

31 OCTOBRE…

Se rendant dans une soirée costumée, tout le monde se retournes sur les cinq sorcières qui ont cette fois enfilée des sous-vêtements.

-Vous êtes prêt, les filles ?
-Oh que oui.

Félicia sortit un globe qui contenait une énergie rose, les quatre autres sorcières tendirent la main qui attirent l’énergie rose dans leurs mains chacune. Vanessa, Chloé et Alice affichaient un sourire inquiétant, Alexia repéra un garçon déguisé en pirate et s’approcha de lui, Félicia ouvrit la sphère quand un squelette et Ghost Face passa devant elle pour la reluquer.

-Je vous souhaites une bonne fête d’halloween.

Elle toisa les deux personnes d’un regard inquiétant et libéra l’énergie contenue dans le globe. Les quatre sorcières fermèrent les yeux et utilisa leurs pouvoirs pour que cette énergie rose se répand dans la pièce. Félicia prit son inspiration et commença à entendre des cris de panique, les costumes fusionnaient avec leurs porteurs qui, une fois devenus des monstres, démons ou tueurs traquaient les personnes au milieu de la soirée, au milieu de tout ça, les sorcières semblaient s’amuser, Chloé se prit le culot d’allumer une créature de Frankenstein, Alice jeta un sort à son pirate et il lui déchira sa robe avec un couteau avant de l’embrasser sauvagement. Quand à Vanessa, elle ensorcela tout les hommes ou humanoïdes à son passage, à tel point qu’elle se retrouve à se faire séduire par une dizaine de garçons ou créatures. Alice embrassa à pleine bouche un vampire qui la mord jusqu’au sang. Félicia savourait de ce qui se passait autour d’elle. Une bergère se faisait dévorer par un monstre, elle enjamba son corps tandis qu’elle fit un regard provocant à la créature.    



-Ca, c’est une soirée comme je les aimes.

Fin

jeudi 17 octobre 2013

(Ultime) TG Story pour Halloween par Angélique

En ce mois d'Octobre et l'avenue prochaine d'Halloween, voici une histoire qui a été publié sur le blog TG AR TF French Caption, faites par Philippe dit Angélique. Il en a écrit d'autres sur TG AR TF French Caption, donc si vous voulez en savoir plus pour pouvoir y accéder cliquez  ICI.

*****

Bonsoir à tou(te)s, je vous livres ce qui dépasses la condition de "simple" histoire d'Halloween où je me suis permis tout les excès les plus trash à un niveau que j'ai jamais atteint à ce jour y compris sur La Marque pour vous livrer une TG story qui sera pour moi, mon histoire la plus radicale et définitif, et à la conclusion interactive qui devrait satisfaire les goûts de chacun(e) d'entre vous, bonne lecture.


                                                              
                                                              Changements suprêmes .
-T’es sûr que c’est pas des conneries ?
-Non, je te dis, regardes.
-Comment tu peux te fier à un truc trouvé sur le Net ? C’est n’importe quoi.
Brian et Michael passaient leur après-midi sur Internet quand Ils ont trouvé une chose tout à fait étrange, en cherchant des vidéos et images pornos, ils sont tombés sur un lien de sorcellerie, les images étaient assez érotiques puisque les jeunes femmes étaient jeunes, belles, nues et se laissait aller au lesbianisme, Michael a alors regarder d’autres pages quand il est tombé sur une page consacré à des formules magiques. Et là, il vit une formule assez dingue disant : DEVENEZ L’UNE DES NÔTRES.
Il y avait un texte qui expliquait que la phase de la lune et la période d’Halloween approchant, le plus de personnes possibles sont demandés. Michael espérait trouver un témoignage ou des photos quand il vit alors ce qu’il cherchait, témoignages et avec photos !
« Cher Manuella, merci à toi de m’avoir admise parmi vous, ma vie tout comme mon corps a changé et je vous en remercies. » Brian avait du mal à croire de voir « Stella » avant et après où le torse d’un mec poilu portant un jean et une chemise à carreau devenait sur la photo d’à côté, la splendide poitrine d’une jeune femme blonde et souriante et portant les mêmes vêtements !
-Non, non, c’est des conneries, je suis sûr que c’est un montage Photoshop ou un truc de ce genre. Trouves autre chose dans les formules, hé, si on essayait de lancer un sort à quelqu’un ?
-Tu penses à qui ?
-Ben, j’ai deux personnes en tête, si ton truc est pas de la connerie, on pourras essayer sur Kevin…ou ta sœur.
-Ma sœur ?! Mais t’es taré ou quoi ?
-Oses me dire que tu y as pas pensé une seule fois, quitte à avoir une sœur aînée  pourquoi t’as pas eu une méchante bombasse ?
-Non, non, attends on va voir les autres sorts. Ho, transformer quelqu’un en objet de désir, ok, ho, esclave sexuelle ! Tu penses à ce que je penses ?  
 -Non. Oh, attends, si. Cassidy et Jessica !
-Exactement, mais pff, ca me fait chier, ça te dirait pas d’essayer, même pour rigoler ? Allez quelques heures seulement ? Et Cassidy et Jessica seraient nos meilleurs copines.

-Mais t’es timbré ou quoi ? Pas question, t’as envie de te faire troncher le cul par des mecs, qu’on te colles une bitte dans la bouche, pas question ?
-Pas jusque là, juste, la carrosserie et on prends quelques tofs qu’on balances après sur Facebook, on à qu’à dire, que c’est des correspondantes étrangères ou des trucs de ce genre.
-Parce que tu crois que t’as pas la moitié de nos potes et camarades qui vont se demander : d’où sortent ces correspondantes, pourquoi ils les ont jamais vus et surtout : qu’elles accepteraient aussi facilement de faire un show érotique rien que pour nous ?
-Ben, on diffuses pas les images, oh attends, j’ai trouvé : la soirée d’Halloween chez Steve.
-Non, non, là c’est un coup à finir par se faire baiser par dix mecs qui nous auront soûlés et drogués.
Brian regardas alors Michael un message à Manuella, un message assez étrange.

« Bonjour, Manuella, nous aimerions tenter l’expérience du changement de corps mais de manière temporaire et sans risque, que peux-tu nous conseiller ? »
-Ok, et on fait quoi le temps qu’elle répondes ?
-Ça.
-Y’a pas de risque, t’es certain ?
-C’est indiqué sans danger. Et c’est provisoire.
-Ok, on le fait sur qui ?
-Ben, on appelles Kevin et on verras si ça fonctionnes.
Michael alla chercher des bougies, une feuille de papier, imprima une photo d’une étudiante assez sexy et alla chercher des herbes dans la cuisine.
-Tu crois que ça va marcher, sérieux ?
Il prononça phonétiquement les mots inscrits sur l’ordinateur et la flamme de la bougie devient verte avant de s’éteindre.
-Et maintenant, on fait quoi ?
-Ben, on appelles Kevin.
Brian composes le numéro de Kevin qui ne réponds pas.
 -Quoi ?
-Je me sens pas bien.

-On flippes d’un coup, hein ?
-, Ouais, bon sang, tu te rends compte de ce qu’on vient de faire, là ?
-C’est provisoire, le temps d’une soirée, c’est tout.
Michael venait de voir que Manuella avait répondu.
« Il n’existes pas de formule temporaire ou provisoire, si vous avez lu ça c’était une erreur de transcription ou une arnaque, acceptez vous de nous rejoindre et devenir nos sœurs ou voulez vous juste vous amuser ? »
-Oh putain. Lis ça.
-Oh chiotte, je t’avait dit de pas le faire, putain !
-Dis-lui ce qu’on a fait.
« On a pourtant trouvé un sort provisoire sur un de vos liens. Que risques t-il d’arriver si on l’a déjà fait ? » 
Manuella répond immédiatement.
« Eykvira.net ? »
« Oui, c’est ça et on a essayé la formule sur un ami. »
« Vous n’auriez pas dû, mes cocos, votre ami va souffrir avant de venir vous rejoindre et je serais vous, je ferais attention au choc retour. »
-Putain de merde, je te l’avais dit ! Hola Kevin va nous tuer.
« Au mieux et au pire que peut-il se passer ? »
-Mais t’es con ou quoi ?! Elle te dit qu’il risques de morfler et que nous aussi on va subir quelque chose et tu demandes si y’auras un avantage ?
« Au mieux ? Votre amie sera devenu une femme physiquement mais son esprit sera perturbé et très embrouillée. Au pire, durant la transformation, les esprits de la nature auront murmuré qui sont les responsables de son état et il risque de vous maudire en retour. »
Michael commences à paniquer, Brian a les dents qui claquent, Kevin ne réponds toujours pas sur son téléphone.
-Qu’est-ce qu’on a fait, bon dieu de merde ?
Michael retournes sur Eykvira et lis ce qu’on appelle les chocs retours, il commence à stresser et trembler. Des larmes de nervosité commencent à remonter à ses yeux.
-Oh, putain,non.

« Dans le pire des cas, si la personne le souhaite assez fort, les envoyeurs du sort subiront un sort appelés choc retour, les esprits et démons décideront alors de quels sort utiliser ou quelles formes donnés selon les souhaits de la personne envoûtée en premier, plus le sortilège est dangereux, plus le choc retour est puissant. »
Michael tapes un message d’appel au secours à Manuella.
« SVP, on regrettes ce qu’on a fait, je savais pas qu’il pouvait se produire ce genre de choses, que peut-on faire pour ne pas avoir à subir de choc retour ? »
« Vous vous défilez à présent, c’est trop tard. Dés que votre amie sera là, espérez juste qu’elle soit le plus détendue possible. »
-Hé, Ca sonnes ! Allô ?
-Ouais c’est Kevin, j’étais dans le métro, pourquoi vous avez essayé de m’appeler autant de fois ? »
Brian éclates de rire de soulagement.
-Hahaha, non rien, on te raconteras quand t’arriveras, tu verras c’est trop drôle.
Michael réponds aussitôt
« On a eu notre ami au téléphone, à l’instant, ca a pas marché, on a stressé pour rien. »
-Il dit qu’il arrives dans 5 minutes.
« Vous vous trompez, le sort se produiras quand même. »
Kevin sort de l’ascenseur et frappes à la porte de l’appartement
« Kevin… »
Il se retournes et regarde derrière lui en entendant son prénom mais il n’y a personne.
-Salut, les mecs.
-Salut, entres.  
Brian accueilles Kevin qui n’a rien de changé en apparence.
-Brian ? Elle t’as laissé un autre message.
Michael sert la main de Kevin et Brian lit le message.
-C’est qui ?
-On va te raconter.

« Je vous déconseilles de rester avec votre ami(e) dans la même pièce, la seule chose que je peux faire pour vous est… »
Une coupure de courant se produit, Brian a l’impression d’avoir senti un courant d’air derrière lui et la fumée des bougies fument encore voire plus que tout à l’heure. La lumière revient tout de suite après.
-C’était bizarre cette coupure…
La gorge de Kevin semble enrouée, Michael et Brian le regarde avoir une poussée de sueur soudaine, il commences à tituber et sent ces muscles devenir raide.
-Ahhh !!!!Bon sang !!!!
Il se tient l’entrejambes et le bas ventre, Brian sait clairement ce qui se passe. Michael paniques quand il regarde son avant bras, sa pilosité disparaît assez rapidement. Kevin sent comme des craquements venants de partout, il se met à pleurer sous l’effet de la douleur.
-Bon sang !!!Qu’est-ce qui se passe ?
« Tes deux amis ont eu envie d’essayer une formule sur toi, Kevin. »
-Qu’est-ce que vous racontez ?! ARGH !
Ses jambes et ses bras perdent de leur musculature et de leur graisse très rapidement, son ventre aussi et son ossature craques sous la peau au niveau du bassin et du pelvis. Kevin pleures sous l’effet de la douleur.
-Qu’est-ce que vous m’avez fait ?
Brian et Michael se regardent tout les deux, ils voudraient s’enfuir mais refuse de laisser leur ami dans cet état au milieu de la chambre. Michael envoies un autre mail
« Besoin de votre aide, le sort a marché, il se produit devant nous, c’es horrible de le voir souffrir comme ça. »
-Peut-être voudriez vous prendre sa place ?
Brian a reculé tandis que Kevin serre les dents sous l’effet de la douleur. Un homme, un ado gothique se tient sur le lit.
-Qui êtes vous ?!
-Vous avez fait appel à mes services, ce soir, Eykvira, pour vous servir.
-Non, non, vous aviez dit sans danger et provisoire et là on me dit…
-Tu as le temps de me répondre de la sorte quand ton amie souffres le martyr par votre faute ? Ho mais que vois-je là ?

Kevin est sur le dos, Eykvira soulèves le pan du T-shirt révélant que Kevin a désormais des petits seins.
-Non, arrêtez…Je ne veux plus souffrir. Arrêtez.
-Vois avec tes amis, ma jolie, il faut souffrir pour être belle.
-Arrêtez, Aïe !!!!
-Hum, comme c’est mignon mais tellement douloureux.
-Qu’est-ce qu’il lui arrives ? Qu’est-ce que vous lui avez fait ?
-Rien, je peux juste dire que la demoiselle ici présente peut désormais avoir des enfants et connaître les joies de l’orgasme féminin.
-Pourquoi la demois…, oh non, pas ça…
-Ho, si…Qu’est-ce que vous en dites ? Hein, les gars ? Elle va avoir des bons gros lolos ?
-Non, sur la photo, elle a pas de si gros…
-Quoi, Brian, enfin, qu’est-ce que vous…
La voix de Kevin a mué en une note plus aigu, loin de la jolie demoiselle de la photo, il ressembles à un transsexuel après une opération assez violente, comme si on avait essayé de reconstruire la demoiselle de la photo à coups de marteau et de couteaux.
-J’ai mal, arrêtez…, les gars…Aidez-moi, arrêtez ça je vous en pries.
Eykvira ignores Kevin et hoches la tête quand le bip du message se fait entendre.
-Saluez là de ma part.
Michael lit le message.
« Eykvira va faire souffrir votre ami afin qu’il puisse dire ce qu’il attends : vous embarquez tout les trois. »
-Ho, la vilaine, gâchez ainsi l’effet de surprise. Bon, hé bien, je vais devoir passez à la suite.
Il se penches vers Kevin devenu une jeune femme, encore difforme, couvert de bleues et de traces de sang, le sort a fonctionné, il pourrait ressembler d’ici quelques jours, une bonne douche et du maquillage adéquat à la demoiselle de la photo.
-Alors, ma chérie ? Je te proposes deux options : la première, suite au sort qu’ils ont lancés, je te rends plus présentable et vous devenez amie, voire plus, mignonne comme tu es, avec ces deux là.
-Humrmm, non, jamais, allez vous faire…foutre.

-Non, merci, pas avant demain matin ou alors ma seconde proposition.
Il regardes alors Michael et Brian.
-Ces deux là deviendront ce dont tu as envie avec autant de souffrance que tu as enduré, chérie, voire multiplié par deux ou plus.
  -Non, eux aussi…je suis une fille, les gars, regardez moi, ca vous plaît, hein ? Ben, si ca vous plaît, tant mieux parce que vous me toucherez pas et c’est à votre tour de dégustez.
-J’adores ce genre de réponse plein de ressentiment et de haine, et je te fais le pack spécial, deux fois plus : deux fois plus canon que toi et deux fois plus de souffrance.
-Non, dix, cent, mille fois plus, et qu’ils deviennent ou plutôt qu’elles deviennent des chiennes, avides de sexe, nymphomanes, avec des courbes énormes.
-Arrêtes, Kevin, on savait pas, je t’en pries.
-Vous saviez pas ?! Vous espériez quoi, que je débarques en me disant, cool, je suis une fille assez mignonne, je vais vous autoriser à ma toucher les nichons et on se fera un plan à trois ?
-Non, enfin, on t’aurait respecté, comme une copine.
 Kevin se relèves, il sent la différence du poids et des courbes de son corps, couvert de sang et de sueur, le téléphone de Kevin sonnes aussitôt. Numéro indiquant : Manuella ?!
-Oui ?
-Passes-le moi, s’il te plaît.
Eykvira a un sourire amusé.
-Oui ? Oh, comment vas-tu ? Non, pas encore. Non ! Ils sont  à moi ! Elle a demandés et souhaité qu’ils souffrent ! Quoi ? Oh, oh, Ok, je vais leur dire de jeter un œil. Elle vous dit de jeter un coup d’œil sur le lien qui est apparu.
-Michael regardes le PDF et lis les termes. Brian reste bouche bée, Michael pleures de nervosité.
-Putain ! Je t’avais dit que c’était trop dangereux, t’as vu à quoi on en est réduit ?!
Kevin lit à son tour le lien apparu, Michael la regardes pour la première fois et admets qu’elle est assez jolie. Comme lisant dans ses pensées, elle se tourne vers lui et le foudroies du regard.
-C’est ok pour moi.
-Pas nous, vous avez lu ce qu’elle proposes ?

-Ecoutez les gars, j’ai un autre client qui attends donc vous dites pardon à votre copine et vous me suivez gentiment.
-Non ! Je veux pas ! C’est la faute de Michael, j’ai jamais voulu ça, pitié, monsieur, pardon Kevin, j’ai jamais voulu tout ça !
-Ah, tu te dégonfles ? Ou tu me le vends ?
-Il est à vous, oui, Kevin, enfin, si je peux encore t’appeler comme ça.
-Kate, Kathy si tu préfères.
-Jolie prénom, Kathy, laisse moi partir, je t’en pries.
-Qu’il partes, c’est toujours dans le contrat, après tout.
-Monsieur Eykvira, je raconterais rien à personne, c’est juré, je ferais ce que vous voulez.
-Ho, là, on peut trouver un terrain d’entente.
-Espèce d’enculé ! T’es un putain de traître, Brian !
-Excuses de pas avoir envie de me faire torturer et castrer parce que t’as eu envie de t’amuser !
-Elle m’a dit de toucher l’écran pour signer, après, Kathy, tu peux partir.
-Donc, en gros, y’a que moi qui vais me faire baiser ?
-Baiser…entre autre chose. Et oui, ton ami se dégonfles et me proposes ses services. Écoutes moi bien, Brian, tu me livreras et récupéreras nos clientes pour moi à présent. Et si tu as envie de t’en taper certaines, tu peux.
-Ok…Et je fais quoi d’autre, genre, je suis payé pour ça.
-Oui, évidemment, en plus d’être payé en nature par nos clientes.
Michael commences à s’effondrer à genoux, il supplies Eykvira tandis qu’il aperçoit les jolies jambes de Kathy.
-J’ai signé, bon, je vous dit à bientôt, et pour vous à jamais.
-Monsieur, est-ce que je peux…
-Non, elle, tu n’as pas le droit. Michael ? Signes et suis-moi, mon garçon.
Le fait que Michael soit à genoux n’a pas du tout fait réagit Eykvira.
-Elle, en revanche, si tu veux, tu pourras et autant de fois que tu veux.

Michael est tétanisé, il refuses de se laisser faire et s’enfuit.
La porte reste fermé et un mur semble l’empêcher de sortir, Eyvira et Brian arrive à sa suite, Michael sent des chaines l’attacher. Le contrat est signé avec son nom.
-Suivez-moi tous les deux.
Le mur invisible s’ouvre et il le franchisse pour se retrouver dans une cave où des cris de plaisir et de souffrance se mêlent, une Sex-Doll vivante portant une tenue de latex recouvrant le bas ventre et les cuisses tel un monokini vert apparaît, le regard indiques que son corps n’est pas vraiment le sien ou ne lui a pas été imposé par choix. Elle garde la bouche ouverte mettant ses lèvres pulpeuses et enduits de rouges à lèvres rose en permanence comme si elle était une poupée vivante.
-Ah, bonsoir, très en beauté ce soir, emmènes celui là dans la salle de préparation et pour lui, va lui chercher le coffret.
La sex-doll escortes Michael jusqu’à une salle où d’autres jeunes femmes nues portant chaines, masques en métal et accessoires dans les parties intimes se trouvent, deux jeunes femmes attrapent et accrochent les chaînes.
-Par pitié, non ! Les filles, s’il vous plaît, je ferais ce que vous voulez mais libérez moi et laissez moi partir !
-Plus tu résistes et plus il te feras souffrir…et te donneras du plaisir.
La voix de  la superbe brune est plus grave qu’il ne le pensait, elle semble gênée et remet son collier en métal. Sa voix est nettement plus douce et féminine.
-Laisses-toi faire, tu ne peux rien faire d’autre.
Une autre jeune femme aux seins assez énormes se tourne vers lui.
-N’essayes pas de résister, sinon, regardes ce qu’il t’arriveras.  
Eykvira regardes les différentes listes quand la sex-doll revient avec le coffret.
-Parfait, merci très chère, nous attendons ton ami et nous pourrons commencer notre partenariat.
Les deux jeunes femmes ont ramenés Michael, nu, couvert d’un harnachement de chaines, d’une sorte de culotte  et d’un plastron en métal, Eykvira s’approches de lui et prend le masque.
-Tu n’as sans doute pas oublié que ton amie a souhaité que tu souffres mille fois plus qu’elle ? Hé bien tu as de la chance, le contrat stipules que je n’ai pas le droit, tu te compteras juste de dix fois plus.

-Non, non, nOOOnnnnnn !!!!!!
Il lui enfiles le masque en métal d’où dépasses l’arrière du crâne, ses yeux et sa bouche, les deux jeunes femmes apportent deux fioles contenant un liquide gazeux rouge qui semble avoir été chauffés.
-Brian, regardes un peu, comme la trahison a un goût si particulier, Michael n’existes plus à présent, je déciderais de ton nom plus tard.
Michael se tournes vers Brian quand il sent le liquide couler sous le masque.
-AHHHHHHHHH§§§§§§ !!!!!!!!
Il déborde également de la culotte et du plastron, Michael s’écroules sous le coup de la douleur. 
-Rassures-toi, cela durera qu’un moment, demain matin, il sera rentré chez lui, ou plutôt elle sera rentré chez elle. Les filles, emmenez-là dans la salle d’Education sexuelle et laissez-la jusqu’à ce que je vous le dise. Bon, à ton tour, à présent, Brian. Je te disais que j’ai une affaire en cours et j’aimerais que tu apportes ceci chez un client et avant j’aimerais que tu ailles te changer pour travailler.
-Y’a une tenue particulière pour ce travail ?
-Je te laisses la surprise. Vas, je te donnerais des nouvelles de ton amie plus tard.
Brian trouves une mallette avec une adresse et un nom, Mr Henry Pickford. Et il y a un autre coffret mais ouvert cette fois, il contient un bijou en or qui selon la forme rappelle une main griffe ou une araignée en or massif avec un bijou rouge au centre. Son nom est écrit sur un petit carton a côté.
-Peut-être des supers pouvoirs ?
Il sort la griffe en or et la pierre s’actives, Brian est prise d’une violente douleur à la tête tandis que la lueur résonnes, les chaines autour s’attaches sur ses bras et jambes et la griffe descend et se referme comme un piège à loup…sur son entrejambes.
-AAAAHHHHHHHH !!!!
Kathy est rentré chez elle et a pris une douche, elle a trouvé un médaillon indiquant qu’à présent, elle est une sœur Wiccane, en se regardant dans le miroir, elle apprécie et est désormais fière des courbes de son corps de jeune femme. Elle commences à se caresser et prend du plaisir à le faire.



Visions de souffrances, de plaisir, tortures, soumission, humiliation, Michael vit un cauchemar sans pourvoir réagir, son corps est transformé, humilié sexuellement, son esprit est pervertie tandis que son corps devient sous le coup de la douleur des instruments qu’il porte totalement différent, et ce même corps est désormais à la fois la proie et l’objet de convoitises et désirs, d’hommes, de femmes qui font d’elle une véritable esclave sexuelle, l’ultime vision qu’à Michael, si ce prénom peut encore être le sien au vu de son corps actuelle, est un long cri de jouissance prouvant que son esprit a peu à peu cédé à ses longues heures ininterrompues de cauchemar sexuelle et de dépravation de son ancienne personnalité et identité, l’orgasme qui suit ce cri la ferait basculer complètement à l’état de chienne soumise mais une partie de lui, ou plutôt quelqu’un, veut qu’il reste conscient jusqu’au bout. 
Eykvira rejoint Brian dans les vestiaires, il lui apporte avec deux autres servantes. Celui-ci, caché dans la pénombre, semble avoir énormément changé également.
-Je t’apporte une tenue plus appropriée…Hum…Magnifique, notre client devrait beaucoup aimer.
-Espèce d’enfoi..Nooonnn…
Le son de la voix de Brian est totalement différent, il a la voix mais aussi le corps d’une superbe femme, repliée en position fœtale. Eykvira lui tournes autour.
-Allons, ne te mets pas dans cet état, tu es…magnifique ne suffirait pas, comme dit-on chez les jeunes ? Bandante ? Je vais m’assurer que tu puisses pleinement apprécier ta nouvelle identité avant que tu ne partes.
-Ne me touchez pas !
-Je n’aurais pas à le faire.
La pierre fixé sur son bas ventre commence à briller, elle se tient la tête tandis que la pierre résonnes à nouveau.
-AAAhhhhhhh !!!!!!
-Je te laisses te changer une fois que tu es prête.
Le soleil vient de se lever quand Michael se réveilles dans son lit, encore sous les draps, il halètes suite à ce qu’il a vécu toute la nuit.
-Faites que c’était juste un cauchemar, faites que, non !!!!
Le son de sa voix est clairement féminine, sensuelle même. Il sent ses ongles mais aussi ses cheveux. Il sort de son lit et se découvre nue, son corps est celui d’une créature transsexuelle inachevée, il n’a plus rien entre les jambes si ce n’est une cicatrice recousue et couverte d’un pansement, ses mamelons sont enflés et douloureux, il a des implants mammaires qui lui donnent une paire de seins faisant 95E, ses cheveux sont désormais longs jusqu’à la moitié du dos et plus clairs, ils sont châtains clairs tirant sur le noisette, son visage a été opérée et cicatrisée, son nez est plus petit, ses pommettes creusés pour lui donner un visage plus fin et délicat, ses lèvres pulpeuses, il est imberbe et on lui a retiré sa pomme d’Adam. Il avance jusqu’à la salle de bains en étant terrassé, brisée, en voyant ce qu’il est devenu, peut-il encore dire il au vu de son corps actuel ?  Elle sent encore la douleur des nombreux et nombreuses partenaires qui l’ont baisés, soumise et humiliés, sa personnalité vacillante en prenant même du plaisir même dans les moments les plus atroces et les plus immondes. Il  se rend sous la douche et se met alors à pleurer, ses nerfs craquent. L’eau sur son corps de femme nettoie toutes les traces de sang, de salive, de sperme qui ont recouvert son corps à l’extérieur et à l’intérieur, ces nouvelle sensations tactiles décuplent le plaisir qu’elle pourrait avoir avec un corps comme le sien sauf que Michelle ne penses plus à rien, son esprit a été brisée, sa personnalité de salope soumise et nymphomane qu’elle était durant la nuit devrait avoir raison de son esprit mis en miettes mais ce n’est pas le cas. Comme on lui avait promis, il connaîtrait dix fois ce qu’à ressenti Kathy hier soir et elle est devenue beaucoup plus attirante que Kathy. Michelle essayes d’éprouver un semblant de plaisir à être désormais cette superbe jeune femme mais elle ne peut plus ne serait-ce que penser.
A son passage, tout le monde se retournes sur Brianna, sa mini jupe et son chemisier évasé, son décolleté généreux, son visage délicat, sa crinière blonde, ses longues jambes finissant par des talons, elle porte la mallette jusqu’à l’adresse de chez monsieur Pickford. Son téléphone sonne.
-Allô ?
-Mon dieu, quel voix, ma chère. Monsieur Pickford est un client particulier, alors tâchez de tout faire pour qu’il soit correctement traité.
-C’est entendu.
14 HEURES PLUS TÔT….
Lucy et Jose rentrent des cours quand ils croisent leur voisin.
-Bonjour, Mr Pickford.
 -Foutez-moi la paix !
-Bizarre ce mec.
Mr Pickford croise alors Stan Walski, son voisin handicapé.
-Bonjour, Mr Pickford.
-Humpf, Bonjour.
Stan rentres chez lui et soupires.
-Ras le bol de ce vieux grincheux.
-Qu’est-ce qui se passes encore ?
-Non, rien, le vieux Pickford.
Ah, oui, lui.
La personne qui vient de parler est la délicieuse et ravissante Molly, une amie de Stan.
-Tu sais…Je t’ai déjà parlé de certains moyens alternatifs pour guérir ?
-Oui mais non merci, C’est qu’une jambe cassée, ça guériras tout seul.
-Non, je pensais plutôt à utiliser ce genre de moyens alternatifs pour…donner une leçon à ton voisin.
-Ah oui ? Quel genre de leçon ?
-Disons…qu’il pourrait se réveiller un matin, en étant un peu différent, tu vois le genre ?
-Oui mais va jusqu’au bout, différent comment ?
-Il serait devenu un voisin plus qu’agréable, et même à regarder…par exemple.
-Molly ? Qu’est-ce que tu sous-entends, tu voudrais faire de mon voisin, un beau gosse style surfer ?
 -Par exemple, ou simplement, lui rendre ses 30 ou 40 printemps. Mais en surfer, ouais, pas mal.
Stan se tournes vers Molly.
-Bon, c’est un peu dégueulasse en réfléchissant mais et pour quoi pas…en voisine ? Tu y trouverais ton compte toi aussi à ce que je crois ?..
-Je te vois bien venir, la jolie petite étudiante, avec les jolies formes, qui fait son jogging et sa gym tout les matins, hein ? Le fantasme de « la voisine d’à côté »
-Ouaiisss…Ou tu peux même pousser plus vers la…Bimbo sportive et mangeuse d’hommes…Et vu que je suis son voisin…
-Rien que pour te dégoûter, je vais le faire mais sans changer son âge.
-Heurk !
Molly rentres chez elle vers 22h, elle arrive, prépares le matériel, se déshabilles et invoques le sort. La réaction se produit comme c’était prévu avant qu’une réaction secondaire imprévue se produise…et retournes le sort sur elle. Elle se réveille dans une sorte de chambre de torture, Eykvira l’attends.
-Vous ! Qu’est-ce que j’ai fait !
-Je ne te ferais rien, je n’ai pas le droit de toute façon. Disons que tu as commis une infraction ce soir et je devais te le signaler. Par contre, désolé pour toi, ma jolie mais demain, tu risques avoir la côte quand tu vas prendre le bus, le sort s’est retourné contre toi.
-Mais pourquoi ?
Molly se passe la main devant la bouche, son timbre de voix devient plus sensuelle qu’à l’accoutumée.
-Effets du sort qui commence, hein ? Pendant que je reluque tes seins grossir à vue d’œil, je vais t’expliquer. Tu as touché à la mauvaise personne, disons que le voisin de ton ami est d’un grand intérêt pour moi.
Molly voit en effet ses seins devenir beaucoup plus gros que d’habitude, son visage se remodèle également et elle voudrait éviter d’ouvrir la bouche pour entendre le son de sa voix. Ses jambes et son postérieur commence à la fourmiller également.
-Quel dommage, quel gâchis, je vous renvoie d’où vous venez, belle créature.
Le lendemain, les réactions ne se font pas attendre de son appartement à jusqu’à la porte de chez Stan, Molly est responsable d’au moins une dizaine de torticolis à son passage dans le champ de vision de la gente masculine. La réaction de Stan n’est pas en reste. 

-Vas-y jettes un coup d’œil à la carrosserie et laisses-moi entrer.
Au-delà de la voix mélodieuse et sensuelle, Molly est devenue une vraie créature de rêve, la voix et la poitrine n’était qu’une partie de l’époustouflante métamorphose qu’elle a subie, elle est un vrai fantasme vivant.
-Je t’expliques, le sort s’est retourné contre moi et…voilà le résultat.
-Molly, Je…Je sais qu’on est amis mais là….
-Oui, oui, je sais, je me penches à peine la poitrine en avant et la moitié d’un bus, chauffeur compris ont failli tourner de l’œil. Ton voisin, tu vas devoir le supporter encore un moment, il est protégé et par des personnes que t’imagines pas.
-La mafia ?
-Un univers encore plus souterrain, je dirais.
-Ok, mais pourquoi ?
-Aucune idée, si j’arrives à aller jusqu’à chez Rachel sans me faire violer et foutre enceinte, je pourrais te répondre.

Mr Pickford enfiles le string et les bas nylons sur son bodysuit, il va redonner un coup de pompe à ses seins et enfiles son wonderbra, il va chercher son masque et sa perruque avant de déclencher la caméra. Il se filme en défilant et en se déshabillant pendant 20 minutes et se changes en homme à nouveau. Contrairement à ce que vous croyez, il s’agit du bodysuit « standard » qui fait ressembler son porteur à une poupée gonflable vivante et dont le visage est aussi expressif et sensuelle qu’un ballon distribué dans les zoos ou les fêtes foraines. Henry soupires et s’énerves, il garde sa lingerie sous sa chemise et s’essayes à nouveau à l’hypnose.  Il commences à gémir et soupirer en se massant, les écouteurs sur les oreilles. Il va jusqu’à salir sa culotte avant de finir l’écoute du CD ericksonien. Il soupires et regardes alors ce site de sorcières wiccanes qui recrutes, il tapes immédiatement ses coordonnées et Wendy envoies un mail.
« Peu importe ton âge réelle, tu seras notre sœur à présent. Répètes la formule qui va apparaître. »
Henry est fébrile, il ferme les rideaux et sa porte à clefs, débranches les appareils électriques excepté l’ordinateur et se déshabilles.
-Adieu corps repoussant, à moi, les joies des courbes féminines.
Il prononce en même temps que Wendy les incantations, les bougies vacillent, un courant d’air entoures Henry.
« Bienvenue parmi nous, ma chère sœur. »
Henry ouvres les yeux et perd son sourire, il est toujours un homme, nu au milieu de son salon.
« Ça n’a pas marché ! Vous vous êtes moqué de moi, sorcière, mon cul, oui ! »
« Je ne comprends pas, allez vous regardez dans un miroir, vous devriez voir au moins une différence à présent. »
Henry se rends jusqu’au miroir dans la salle de bains et découvres le résultat.
-Bon dieu de merde !
« Alors, es-tu suffisamment séduisante, ma chère sœur à présent ? »
« NON ! Je vois toujours mon vieux corps et ma …qui traînes ! Pourquoi ça n’a pas fonctionné !? »
 Wendy ne sait plus quoi faire.
« Je suis désolé pour vous, je vais essayer de chercher ce qui a pu se passer. »
« Ouais, j’attends. »
Henry se rhabilles et grommelles tout seul en attendant la réponse de Wendy. Il revient dans le salon que quelqu’un tapes à sa porte.
-Je voudrais ne pas être dérangé !
Il se rends jusqu’à la porte quand une véritable beauté attend sur son seuil, il s’agit de la superbe Brianna.
-Monsieur Pickford ? Bonjour, je suis chargé de vous remettre ceci, et on m’a également dit de prendre soin de vous.
-Moi, moi ? Mais pourquoi ?
-D’après ce que je sais, vous êtes un client très particulier.
Brianna regarde l’ordinateur et regarde autour d’elle et voit la lingerie, le bodysuit et l’ordinateur où un message est apparu à l’instant.
-Je suis à vous tout de suite.
Henry lit le message de Wendy en sentant son cœur taper dans sa poitrine.
« J’ai de bonnes et de mauvaises nouvelles pour vous.  La bonne, C’est que vous accéderez apparemment très prochainement à un statut dépassant celui de simple sorcière ou sœur wiccane, la mauvaise nouvelle est que tant que ce jour n’arriveras pas, aucun sortilège ne fonctionneras sur vous. »  
Henry est perdu, il ne comprend rien au message, Brianna attend, sa mallette sur les cuisses.
« En quoi suis-je exceptionnel ? Et pourquoi suis-je ainsi protégé ? »
Brianna est en train de lire au dessus de l’épaule d’Henry.
-Je peux peut-être vous répondre pour ça.
-Ah oui ? Et comment ?
-Grâce à l’objet que j’ai amené.
Elle ouvre la mallette et en sort…une griffe comme elle a eu met en platine orné d’un diamant.
-Et c’est censé me faire quoi ?
-Vous vous changerez en une femme à moi, ou même sans doute encore mieux.
Henry est dubitatif, Wendy s’est déconnectée. Il examine la griffe et voit l’inscription : A UTILISER POUR HALLOWEEN ;
-C’est une blague, j’espères ? Vous pensez sincèrement que je vais me balader avec juste ça pour Halloween ?
-Et pourquoi pas ? Osez me dire que vous ne rêveriez pas de devenir aussi canon que moi, hein ? Dites moi que vous n’avez pas envie d’avoir des courbes aussi fabuleuses que les miennes ?
Et si…je l’essayes tout de suite ?
-Alors, je ne sais pas.
-Toi, ma jolie, tu restes là.
-On m’a demandé de bien m’occuper de vous.
Elle déboutonne son chemisier lentement.
-Par tout les moyens possibles.
Henry aperçoit la poitrine somptueuse de Brianna.
-Non, non ! Je veux l’essayer immédiatement !
Il sort la griffe et voit les chaînes pendouiller et s’enrouler autour de ses bras et jambes. A ce moment là, Brianna se sent étrange, des flashs, des bribes de souvenirs lui reviennent à l’esprit. La nuit précédente, le souvenir de plusieurs noms : Kévin, ou alors était-ce Kathy ? Michael et son patron et un autre nom, Brian et cet objet sui s’enroules et se refermes sur…lui le transformant physiquement en le corps magnifique de Brianna qu’elle a désormais. Soudain, la douleur dans sa tête augmente, ses souvenirs se brouillent encore.
-Non, ne faites pas ça !
Trop Tard, Henry a senti la griffe se refermer sur son entrejambes, le diamant devient étincelant. Il semble aspirer l’énergie vitale d’Henry, Brianna se sent affaibli et confuse, le diamant pénètres son cerveau, des souvenirs torrides et sexuelles l’envahissent en flot. Elle se déshabilles totalement et se caresse sans s’arrêter. Il titube jusqu’à son bodysuit et s’en recouvres, le visage de ballon prend des traits féminin, le corps de plastique devient de la chair aux courbes avantageuses et harmonieuses, les cheveux d’henry ont laissés place à une superbe crinière châtains tirant sur le roux. Il sent enfin le poids de ses seins, le vide laissé par la présence d’un vagin et la douceur de sa peau. Brianna ne penses plus qu’au sexe, elle se jette sur la superbe rousse avant même qu’elle n’ouvre les yeux. Henry est devenu une superbe jeune femme depuis cinq minutes et il est en train de vivre sa première expérience lesbienne. 
Un peu plus tard dans la soirée, les voisins découvrent le couple de lesbienne se balader main dans la main, le bijou d’Iris brilles et scintilles de mille feux.
-Allons rendre visite à un ami.
Stan va ouvrir la porte et reste pétrifiée devant les deux visiteuses qui se tiennent devant le palier de sa porte. 
-Bonsoir, mon cher Stan, bien que ton amie Molly n’est pas réussi, saches que ton vœu a été exaucée, le vieux grincheux à laisser la place à une séduisante, jeune et surtout très sexy voisine et en plus, accompagnée de sa copine. Brianna, je te présentes, Stan.
Stan ne sait pas quoi dire, sans mauvais jeu de mots, il pouvait laisser tomber ses béquilles vu qu’une troisième le maintenait debout devant cette situation qui relèves du fantasme pure et simple. Iris et Brianna refermèrent la porte derrière elles et tout en commençant à embrasser langoureusement Stan, complètement pétrifié et déconnectée devant ce qu’il vivait, se déshabillaient elles aussi pour profiter du corps de Stan, la vision du pénis en érection rendit Iris de très bonne humeur tandis que Brianna était excitée de voir sa copine aussi chaude qu’elle en mouillait de plaisir.
Durant la journée, Michelle eut des absences, précédés de pulsions sexuelles qui lui faisait tourner la tête, à chaque fois qu’elle reprenait connaissance, elle avait satisfait un ou plusieurs hommes ainsi qu’elles mêmes par touts les orifices possible. La quatrième fois de la journée, ce fut le plus horrible puisqu’elle reprit conscience de ses actes en se faisant prendre par trois hommes en même temps, des ouvriers qui s’étaient permis une pause en sa compagnie dans les sous-sols de l’immeuble en construction.
Michelle vomit et alla prendre une douche, les sensations et les pulsions étaient différentes de ce matin. Une autre pulsion commença à monter en elle, son corps n’obéissait plus et elle se redécouvrait enfin, et prenait du plaisir à ce qu’elle faisait.
-Non, non ! Hors de question, je dois garder le contrôle, bon sang…Hum…Bon sang….
Elle tentas de lutter contre cette sensation qui embrumait son esprit progressivement. Elle commençait à perdre pied, ou plutôt à accepter ce qu’elle était devenue. Elle sortit de la douche et s’examina enfin en sachant qui elle était et surtout d’une langue gourmande des talents exceptionnelles qu’elle avait pour donner du plaisir.
 Le soir venue, Michelle était en train de soulager elle-même sur le lit quand quelqu’un alla lui rendre visite. Elle enfilas une nuisette et alla ouvrir.
-Bonsoir, Michelle.
-Bonsoir, qui êtes vous ?
-Nous sommes là pour toi.
Iris attrapes Michelle et lui arraches ses vêtements, immédiatement, son corps est source de plaisir encore jamais atteinte depuis ce matin. Brianna s’est jointe à elles afin de donner du plaisir à son ex-amie.
-Michelle chérie, regardes-moi et désormais, je vais me faire pardonner de ce que tu as subie.
Eykvira observa avec délectation la transformation progressive comme un ballon de baudruche du jeune monsieur De Santos, ces cris de souffrance devenant différents une fois atteint le timbre féminin. Deux domestiques hommes arrivèrent en souriant.
-Maître ? Quelqu’un pour vous.
-Hum ? Je n’attendais personne, Brianna nous a quittés pour une fonction assez prestigieuse.
-Justement, c’est elle qui nous a envoyés cette personne.
Michelle entra dans la pièce, totalement nue, Eykvira eut une érection qui aurait pu transpercer son pantalon quand il la vit.
-Un pur chef d’œuvre…
-Merci, maître, je suis là pour vous demander une requête très particulière.
-Laquelle ?
-Je veux renoncer à mon statut d’être humain, je ne veux plus ni penser ni parler si ce n’est pour crier mon plaisir, je veux dés à présent que tous ceux et celles qui m’ont pénétrés cette nuit n’ait plus aucune autre meilleur amante ou jouet que moi, je veux être une source de plaisir permanente. Et je vais vous le prouver immédiatement.
Michelle se mit à genoux à hauteur de son entrejambes et lui massa pour augmenter encore l’excitation avant de gober totalement le pénis dans sa bouche pour obtenir ainsi ce qu’elle attendait. Eykvira perdit toute notion de temps ainsi que ces 7 sens au moment où son corps pénétra celui de cette créature, incarnation du plaisir à l’état brut, il faillit se laisser dominer tant elle lui donner du plaisir et pour rester maître de la situation, exauça son souhait, à son grand regret.  Les amants, amantes, servantes, esclaves, bourreaux, tout le personnel aux ordres d’Eykvira tomba alors sous l’emprise de la source même du plaisir, qui elle devint alors une entité toute puissante et absolue.    
Le pouvoir d’Iris avait un effet inattendu sur les personnes avec qui elle eut des moments de plaisir, la victime la plus étonnante fut Stan, il fit venir Molly qui ne pouvait plus lui résister, privé de toute emprise, submergée de désir, Stan se découvrit la faculté de changer de sexe afin d’augmenter ainsi le plaisir de sa partenaire.
Le soir d’Halloween, Iris découvrit enfin son véritable but, lors d’une cérémonie Wiccane, elle et Brianna décidèrent d’honorer Kathy en premier puis toutes les autres sœurs sorcières jusqu’à ce qu’à Minuit, la Créature fut invoquée, cauchemar tentaculaire immonde, pour Iris, elle vit le plus homme qui soit, son amant idéal, la créature enlaça alors la séduisante jeune femme et le diamant brilla de milles feux.  
« Que passé cette nuit, des sources de plaisir à l’orgasme atteint, que tous ceux et celles connaissant la frustration dont je fus victime en tant que mortel disparaisse en cette nuit, vous qui rêvez de passez quelques heures ou que votre vie en soit bouleversée à tout jamais, que du plaisir que j’atteindrais, votre vœu soit exaucée jusqu’au lever du soleil où vous déciderez alors de votre destinée et de votre avenir sous l’apparence qui sera vôtre définitivement. »
A minuit, la légende veut que le monde des esprits et notre monde puisse fusionner un bref instant, l’orgasme d’Iris créa alors une brèche où le pouvoir de son souhait se répandit partout.


Des adolescents en costumes lors des fêtes organisés devenant créatures de rêves aux courbes parfaites, des personnes solitaires regardant films d’horreur toute la nuit, se vit alors doté du corps féminin qu’il n’avait jamais pu accéder que dans leurs fantasmes aux plus embarrassants couples prenant la forme d’une amante idéale pour leur compagne en cette nuit et ce, jusqu’au petit matin jusqu’à nous derrière notre écran, lisant ces lignes où la vision assez surprenante d’ongles plus longs de poitrines poussant rapidement, de corps se modifiant jusqu’à remplacer nos pénis par une fente vaginale, de (l’absence ou la disparition de) vêtements se transformant pour décupler le plaisir et la sensation sur nos corps, de nos origines, âges et couleurs de peaux variant selon nos goûts et plaisirs personnels, Iris nous permis ce cadeau et ce jusqu’au lever du jour où chacun(e) décidera alors de son sort.      

Fin