mercredi 7 décembre 2011

La Marque de Xenocross, Chapitre 7

Voici une histoire en plusieurs parties réalisé par Xenocross, nous vous proposons de vous la faire partager, dites nous vos idées et suggestions, si vous avez des idées de suites ou de captions qui vous inspirent , envoyez les, en attendant bonne lecture...


Chapitre 7

H+15 après apparition de la Nébuleuse

Los Angeles, Henry Chesfield traverse Beverly Hills quand sa voiture tombe en panne à
hauteur d’un night-club. Il cherche de l’aide mais il n’y a personne dans la rue.
Il touche sa voiture et se prend une décharge. Il reste KO un bref instant.
Un passant arrive à ce moment là et le voit tomber au sol.

-Est-ce que ca va, monsieur ? Vous avez pris un sacré choc, on dirait.

L’homme aide Henry à se relever en le tenant par la main et se prend lui aussi une décharge d’électricité statique.

-Ahou ! Vous êtes une vraie pîle !
-Merci bien mais je vais mieux maintenant.

Il voit alors que Henry se dirige vers le club un peu plus haut et rentre sans problème.
L’homme nommé Kyle Vermore et décide de rentrer chez lui.

H+18
Bien que la soirée bat son plein, Henry se sent malade durant toute la soirée, il a remarqué en allant aux toilettes cette marque étrange à la base de la nuque qui apparaît parfois et le brûle.
Malcolm Price arrive dans le bureau de son client, il voit qu’Henry n’est pas au mieux.  

-Hé bien, mon vieux, ca n’a pas l’air d’aller, c’est ce foutu phénomène qui te rend malade comme ça.
-Je crois que oui. Par précaution, je vais rentrer Malcolm. Préviens Ivan qu’il avance ma voiture.
-Je vais pas te laisser rentrer seule, c’est pas prudent.

Malcolm aide son client à se lever mais Henry le repousse et a senti une sorte de décharge quand il a touché Malcolm.
Instinctivement, il regarde tout d’abord certaines clientes se trémousser sur la piste puis l’instant d’après se retourner vers son avocat.
Malcolm garde le sourire quand soudain, il semble étouffer dans ses vêtements.
C’est là qu’Henry assiste à un phénomène vraiment étrange, des éclairs parcourt le corps et les vêtements de Malcolm, il titube quand il assiste alors à un phénomène vraiment curieux : son pantalon raccourcit  minute après minute.

-Mais enfin, qu’est-ce qui se passe, Henry, dis-moi ce qui m’arrive ?

Malcolm sent son corps se bomber de manière inhabituelle et Henry observe son collègue sans rien comprendre.

-Malcolm, tu…Je crois qu’il se passe quelque chose…
-J’ai chaud, très chaud…et ces vêtements sont trop serrés !

Malcolm n’a pas fait attention que ces jambes n’étaient plus du tout celles d’un homme et que sa chemise semblait bomber, il retire ses vêtements et c’est là qu’il s’en rend compte : Ses jambes sont devenues ceux d’une femme tout comme ses hanches et ses fesses mais surtout, c’est la paire de seins voluptueux dépassant de sous la chemise qui est visible désormais, ses ongles commencent à pousser et surtout c’est son visage qui prend une nouvelle forme.

-Henry, aides-moi, qu’est-ce qui m’arrive, bon sang ?

Henry a surtout entendu le timbre de la voix de la séduisante créature en train d’apparaître devant lui, se tenant aussi bien sa poitrine que son visage, ses chaussures également sont différentes, il s’agit d’une paire de bottes montantes, la crinière cuivré de Malcolm commence à devenir bouclés et changer d’implantation. A moitié nue, se tordant devant lui sans qu’il ne fasse quoi que ce soit, Henry observe sans bouger son collègue se changer en femme.

-Malcolm, est-ce que ça va mieux ?
-Oui…Je te remercie mais Malcolm désormais, ca ne m’ira plus, tu ne crois pas ?

Une ravissante brunette ne portant qu’un deux pièces moulant et très sexy se relève et s’observe, elle est ravissante et ne semble plus se souvenir de ce qui vient de lui arriver.

-Entendu, et je dois vous appeler comment, mademoiselle ?
-Hum, appelles-moi Mallory désormais, je vais te laisser, patron chéri, je dois aller bosser.
-Bosser ? Où ça ?
-Cette question, en bas, il fait chaud et je pense que je ne vais pas rester habiller très longtemps encore….

Henry laisse sortir de son bureau la ravissante jeune femme qui, en effet, entame un très beau show pour la joie de ses clients.

J+2

Les clients viennent plus nombreux que jamais dans le club depuis l’arrivée des nouvelles hôtesses, les bénéfices n’ont jamais été aussi plein pour le club, les trois danseuses assurent le show tandis que le directeur reçoit Jimmy dans son bureau.

-Monsieur, ha ! Mais enfin, qu’est-ce qui m’arrives, bon sang ? 
-Jimmy, je vous offre une promotion vraiment avantageuse avec tenue offerte.

Henry observe alors les vêtements de Jimmy se changer : Le débardeur laisse apparaître une paire de seins qui forment un décolleté plongeant, il les touche en voyant ce qui lui arrive tandis que son pantalon devient très moulant.
Après quelques minutes, La sublime et terriblement sexy Gina descend  les marches sous le regard béat des clients ne voyant que son décolleté, elle retourne bosser au bar sans que personne ne se pose de questions.
Ivan monte les marches assez rapidement jusqu’au bureau du patron.

-Patron ! Y’a une escouade qui vient d’arriver devant le club, ils viennent pour vous arrêter, filez au plus vite !
-Merci Ivan, ils ont dit de quoi j’étais accusé ?
-C’est Nico, le cuistot qui a vendu une info comme quoi vous seriez un marqué, c’est comme ça que vous avez booster le chiffre de la boite.
-…Vraiment ? Nico bosse ce soir ? Je vais aller lui dire deux mots…
-Filez, patron, je m’en moque, moi, si c’est vrai ou non.
-Merci de me faire confiance, Ivan.

L’escouade arrive par l’arrière de la boite et plusieurs hommes entrent en donnant l’assaut.

-Le club est fermé exceptionnellement ce soir ! Veuillez rentrez chez vous sauf le personnel de  la boite !

Le colonel Travis Mac Dougall rentre dans la boite avec son second, le lieutenant Fredericksen.

-Fredericksen, empêchez les employés de s’enfuir, on doit les interroger, vous trois, on va chercher Chestfield, avec moi !

Ivan repousse les trois hommes et le colonel voit Henry Chestfield s’enfuir en courant, caché derrière le garde du corps rapidement neutralisé par des flèchettes anesthésiantes, Mac Dougall sort son arme de poing et prépare les gants de protection prêts à arrêter Chestfield. Les deux autres hommes de l’équipe avec le lieutenant Fredericksen arrivent derrière lui, après avoir arrêté les danseuses, la barmaid, les garde du corps, videurs et vigiles.

-Mais puisque je vous dit que c’est moi le marqué ! Regardez ma nuque !

Le concierge veut détourner l’attention et deux hommes le neutralisent rapidement, Mac Dougall est seul dans la ruelle quand Chestfield lui saute dessus.

-Chestfield, ne bougez pl…

Henry Chestfield ne lâche plus le colonel, il semble surexcité tandis que la force du colonel disparaît rapidement.

-D’ici quelques minutes, vous viendrez avec moi et m’accompagnerez sans résister, ma jolie.

Le colonel essaye de lui passer les gants spéciaux mais le pouvoir de Chestfield prend déjà le pas sur lui, il sent cette vigueur en lui, ce souffle, cette chaleur monter en lui tandis qu’il devient alors une jeune femme sous ses vêtements, il lutte un bref instant mais la transformation se propage et sa volonté disparaît en découvrant son nouveau corps émerger de son uniforme, il remarque déjà la silhouette sexy que lui dessinent la combinaison moulante et sa poitrine ne fait que renforcer cette impression, il rajeunit à vue d’œil et ne doit désormais pas avoir plus de 20 ans mais en tant que femme.
Les hommes du colonel arrivent et découvrent ce qui est arrivé à leur chef, Fredericksen se ressaisit et veut capturer Chestfield mais la jeune femme neutralise son homme et le met à terre.

-Va t’en, je vais t’aider !

Les hommes essaient de neutraliser la jeune femme et laissent Henry Chestfield s’enfuir, Sa tenue s’est adapté à sa nouvelle silhouette et a totalement oublié qui il était avant pour désormais n’être qu’une jeune étudiante venue en boite ce soir, histoire de s’amuser et draguer.

Retour en arrière, H+18 après apparition de la Nébuleuse.

Kyle Vermore arrive dans son appart et a un mal de crâne pas possible depuis qu’il est rentré.
Il a mis MTV avec le son à fond et sa logeuse tape depuis l’étage du dessous.
Ses yeux lui font terriblement mal et surtout, il tremble en voyant ce symbole apparu dans sa sa nuque. Il regarde un instant la télé et voit alors des danseuses lascives se trémousser en se frottant contre un rappeur black. Ses yeux lui font mal et semble comme lancer des éclairs quand quelqu’un tambourine à sa porte, il ouvre et voit sa logeuse.

-Vous allez vous décider à baisser le son de la télé, enfin ! Vous n’êtes pas seul dans l’immeuble, enfin ! 
-Excusez-moi, madame Ippelstein…

Sans comprendre ce qui arrive, il foudroie la femme des yeux et semble l’avoir comme touché mais sans rien voir de changer chez elle.

-Bon sang, vous avez essayé de me tuer ou quoi ? Si j’ai un seul problème cette nuit, je vous colle un procès !

Elle sort de l’appartement en se frottant  les yeux.

-Bon sang, qu’est-ce qui c’est passé à l’instant ? C’est ce type devant le club, je suis sûr que c’est lui qui m’a fait ça !  J’aimerais bien savoir ce que j’ai pu lui faire…

Environ deux heures plus tard, quelqu’un frappe à la porte, Kyle somnolait devant la télé quand il va regarder au judas et a l’impression de rêver. , il déverrouille sa porte et une vraie bombe atomique attend devant la porte, elle a des yeux bleus sublimes et des cheveux noirs foncés, physiquement, elle est digne des danseuses vues sur les clips de MTV. Etrangement elle porte une chemise de nuit et une robe de chambre qui ne lui vont pas du tout. 

-Bonsoir, Kyle, je tenais à te remercier, personnellement.
-Excusez-moi mais qui êtes-vous ?
-Regardes bien ma robe de chambre, tu auras un indice…
-Mad…Mada…Madame Ippelstein !?
-Appelle-moi Sacha, je préfères.

Et la magnifique Sacha de refermer la porte de l’appartement et laissant tomber la chemise de nuit et la robe de chambre devant le palier.

FORT ANDREWS

-Monsieur, on a repéré un autre cas psychique à Los Angeles.
- Un rapport quelconque avec Chestfield ?
-Non, aucun lien entre les deux à première vue,  C’est un de ses voisins qui l’a dénoncé.
-Comment procède t-il ?
-On n’en sait rien, le témoin attend à côté, monsieur.

Une très belle femme âgée d’une vingtaine d’années est assise sur une chaise dans la salle d’interrogatoire.

-Bonjour, mademoiselle, je me nomme Rob Clark, je vais vous poser plusieurs questions, à commencer par me raconter ce qui vous est arrivé.
-Bien sûr. Ca c’est passé, il ya même pas 24 heures…

S+1, Quelques heures avant l’affaire Kim Yang, Los Angeles.

Martin Hoytman sort ses poubelles quand il croise son voisin de palier qui descend
prestement les escaliers

-Bonjour, jeune homme.
-Bonjour…

Monsieur Hoytman remonte chez lui sans se soucier de l’attitude de son voisin.
Un peu plus tard dans la soirée, il entend alors à nouveau une discussion étrange.

-Regardes-moi ! Regardes ce qui m’arrive, je suis si…Je suis devenue….
-Partez, rentrez chez vous, je ne vous ai jamais vu avant.

Quelqu’un sort de chez son voisin et descend les escaliers.
Il met la musique et Martin Hoytman ne peut pas laisser passer et tape contre le mur.

-HO ! Baissez la musique !

Kyle baisse sa musique, Martin continue de lire son roman.
Il est réveillé plusieurs heures plus tard par le bruit de la serrure qui s’ouvre.
Il prend alors un couteau de cuisine et va intercepter l’intrus quand il voit une magnifique adolescente qui semble revenir de soirée.

-Bonsoir, excuses moi, j’ai pas vu passer l’heure.
-Mais enfin…Qui êtes-vous ?
-…C’est moi, chéri, Emilie, ta femme.

Martin Hoytman reste sans voix, la jeune femme est magnifique et elle semble fatiguée par sa soirée.  

-Je ne voulais pas que tu me vois ainsi…Je t’aurais fait la surprise demain matin. 

Il détaille cette jeune nymphette, elle a à peine 20 ans, un visage de madone, des lèvres pulpeuses, des cheveux blonds bouclés et un corps à se damner. Il refuse de croire qu’il s’agit de sa femme.

-Mais enfin, comment, quand es-tu…?
-Notre voisin m’a aidé, je n’ai pas compris tout de suite ce qui m’arrivait mais quand je me suis vue, j’ai décidé d’en profiter immédiatement.
-Mais enfin Emilie, regardes-toi, tu es…parfaite….
-Merci mon amour, je voudrais aller me coucher tant que je peux encore bouger.
-Attends ! Tu as dit que c’est le voisin qui t’a fait ça…La voix chez le voisin, c’était toi !
-Oui, je suis désolé, il ne s’est rien passé entre nous, c’est juste que j’ai découvert ce qui m’est arrivé et je voulais savoir ce qui allait m’arriver. 
-Et qu’est-ce qui t’es arrivé….
-Ca risque de te faire un peu peur mais va voir dans la salle de bains, dans le placard à
serviettes.

La sublime jeune femme semble un peu gêné mais Martin ne fait attention qu’à son déhanché et aux rebonds de sa jeune et ferme poitrine ainsi qu’au son de sa voix.
Ce qu’il trouve le laisse sans voix.

-Qu’est-ce que c’était ?
-J’ai perdu la raison, je ne savais plus ce que je faisais après ça…Une peau, de la peau humaine comme une mue mais cette peau, c’était l’ancienne Emilie.
-Une mue ?
-Oui, vous trouverez la mienne quand vous irez chez lui…
-Poursuivez, racontez la suite, s’il vous plaît.

A ce moment là, le fait que sa femme soit devenue un vrai fantasme importait peu à Martin Hoytman, la vision de cette peau qui était sa femme lui fait perdre la raison.

-Martin, je t’en prie, calmes-toi, regardes-moi, je suis heureuse d’être comme ça ! Ne fais pas ça !

Il sort de chez lui avec fureur en ignorant sa femme et se rend chez son voisin.
Kyle est en train de s’enfuir quand il entend quelqu’un tambouriner à la porte.

-VERMORE ! OUVREZ, ESPECE DE CONNARD !

Kyle se demande ce qui va se passer et sent alors à nouveau cette espèce de sensation remonter en lui, sa marque apparaît à la base de la nuque, c’est la première fois qu’il ressent ça : Une pulsion qui monte en lui, plus encore que les quelques utilisations de son pouvoir ces derniers jours, il ressent un besoin qu’il doit satisfaire.
Cette sensation est grisante et, emporté par cette pulsion, il ouvre la porte à Martin Hoytman. Avant qu’il n’ait le temps de parler, le poing de son voisin s’écrase sur son visage mais il s’en moque, il doit combler ce manque et son voisin fera parfaitement l’affaire.

-Vous allez regretter ce que vous avez fait de ma femme, vous allez payer !

Kyle ne veut pas se justifier, la décharge remonte et se produit.
Son voisin est foudroyé par les yeux de Kyle, au plus profond de lui-même, il sait ce qui va lui arriver et la pulsion monte de plus en plus fort avec fébrilité.
Et soudain tout s’arrête, Kyle regarde son voisin et sourit.
Martin Hoytman est aveuglé, il ne ressent plus rien, pendant quelques secondes, il est paralysé et tremble en voyant le regard chargé d’éclairs de son voisin qui semble jubiler.

-Ver…more…Bon Sang…Je vais…vous…
-Rentrez chez vous, j’espère que vous aimerez.
-Aimez quoi ?
-Votre nouveau visage et surtout votre nouveau corps…
-Nouveau corps ?

Martin ne voit rien de changer chez lui quand il repense à la mue de sa femme et à ce qu’elle est devenue, les sensations deviennent étranges, il a du mal à bouger et même à respirer.

Kyle reste immobile et observe son voisin avec ce grand sourire vraiment inquiétant.
Martin Hoytman commence à paniquer quand son toucher s’engourdit et surtout il ressent une violente démangeaison le parcourir. Sa peau est déshydratée, très sèche, comme une peau morte mais ce n’est pas ça le plus inquiétant, il voit une autre peau sous la sienne.

-Qu’est-ce que tu m’as fait ?
-Vous êtes en progrès, vous me tutoyez maintenant, au fait, avant que vous ne découvriez celle que vous êtes devenue, dites à Emilie de se joindre à nous.
-C…C…C…Celle que je suis devenue? Comment ça, celle ?

Martin a les membres de plus en plus engourdis, il regarde sa peau s’effriter sur son dos et c’est là qu’il observe une chose dérangeante : des cheveux, plus longs et plus clairs que les siens, sont collés au dos…mais sous la peau.

-Mais c’est quoi…  
-Humm, votre pyjama ne vous gêne pas ?
-Grrrr, si, il me serre et me gratte…Mais je ne veux pas savoir ce que vous m’avez fait.
-Vous n’aurez plus le choix très longtemps, chère voisine.
-Arrêtez de m’appeler ainsi, vous bluffez !
-Enlevez votre pyjama et vous constaterez par vous-même.

Martin Hoytman lutte contre ces démangeaisons, ce que raconte ce fou l’effraye quand il sent alors un déchirement venant de ses jambes.
Kyle commence à perdre patience et Martin se prend une nouvelle décharge de Kyle, il ne peut pas lutter et les fibres du tissu du pyjama commence à craquer, Martin découvre alors avec effroi que son voisin avait raison.
Il porte toujours son pyjama mais a désormais une deuxième peau dessous, une mue déchirée et effritée qui révèlent ses jambes, des jambes longues, magnifiques, terriblement aguichantes, des jambes de femme.
Le tissu du pyjama a également craqué le long du ventre et du dos, il remarque alors sa mue à moitié déchiré: Comme une combinaison de plongée, une ouverture dans le dos est apparu à la place de la colonne vertébrale, les cheveux châtains clairs sont visibles sous sa peau parcheminée, l’ouverture s’est prolongé jusque sous son cuir chevelu.

-Non ! Je ne veux pas, je ne veux pas ressembler à ça, non, rends-moi comme avant tout de suite, espèce de dingue ! 
-Enlèves cette peau et tout sera terminé, de toute façon, tu n’as plus le choix, tu ne vas pas vivre ainsi de toute façon. Ne me fais pas attendre plus longtemps…
-Espèce de dingue, mais bon sang, qu’est-ce que je suis maintenant ? 
-Tu le sais, tu n’es pas aveugle non plus : tu es devenue une femme.
-Non….

Martin refuse ce qui lui arrive et veut s’enfuir quand il glisse le long de sa mue et révèle une partie de son nouveau corps. Son pyjama n’a pas tenu et laisse apparaître une paire de seins somptueux sous sa mue mais le plus effrayant et son visage qui semble glisser comme un masque. Il a très mal à la gorge et veut remettre son visage en place quand il regarde alors la partie dévoilée : une paire de fesses fermes et rebondies, une chute de reins et des hanches avec une peau satinée. Martin sent ses nerfs lâcher.

-Non, c’est pas vrai, c’est un cauchemar et  je vais me réveiller….

Sa voix est celle d’une femme, une voix mélodieuse, digne de celle d’Emilie.
En repensant à elle, il se rend compte qu’il a commencé à oublier des détails de sa vie, Kyle s’est approché et passe ses mains sur ses fesses et sans comprendre pourquoi, il ne réagit pas à ce geste déplacé.

-Tout simplement sublime, je hâte de voir le reste, ma chérie.

Martin ne peut plus lutter et se résigne, Kyle voit émerger une sublime jeune femme hors de la mue parcheminée qui était le corps de Martin Hoytman.
Elle se passe les mains le long du visage puis de son magnifique corps en soupirant avant de se tourner vers Kyle et de le regarder de ses beaux yeux verts.

-Tu es magnifique…
-Merci, mon chérie.

Maya lui lance un sourire aguichant et prend les mains de Kyle dans les siennes pour les caresser avant de lui donner un direct en pleine mâchoire.
Déconcertée par son nouveau corps, Maya sort de chez son voisin et fait attention à ne croiser personne dans le couloir.
Elle retourne chez elle et enfile un peignoir quand elle se découvre : jeune, magnifique, aguichante, elle serait prêt à aller remercier Kyle de lui avoir offert un corps pareil mais se ressaisit à temps. Maya fouille dans le tiroir du téléphone et compose alors le numéro de Fort Andrews.   
Rob Clark termine de prendre ses notes et observe Maya d’un œil, le pouvoir de Kyle Vermore est à ne pas sous-estimer.

-Je vous remercie, mademoiselle, je vous promets qu’on va aller arrêter ce cas le plus rapidement possible. Une dernière question, votre femme, qu’est-ce qu’elle est devenue ?
-Aucune idée, je lui ai empruntée des vêtements et suis partie de chez moi tout de suite après.
-Entendu, on va vous emmener au foyer et vous donner des médicaments pour que puissiez garder votre équilibre mental.
-Mon équilibre mental?  Je suis devenue une femme, je crois que je n’ai plus le choix que d’accepter celle que je suis devenue. Et en plus, je vaux le coup d’œil, pas vrai, officier ?
-En effet, mademoiselle.

L’équipe d’intervention pénètre dans l’immeuble en laissant les voisins stupéfait d’un tel débarquement, ils arrivent au 4e étage et défonce la porte de l’appartement. Il est vide.
Provenant de l’entrée de l’immeuble, la voix d’un des gardes se fait entendre

-Vermore, ne bougez plus !

Kyle essaie d’utiliser son pouvoir mais les hommes du colonel Fredericksen sont préparés et ont enfilés des lunettes spéciales pour neutraliser le pouvoir de Kyle Vermore. Il le plaque au sol et lui passe menottes et équipement. 

-Vous avez vu, c’est le jeune du 4e, si je l’avais su…
-Rentrez chez vous, messieurs-dames, notre intervention est terminée. Tout risque est
maintenant écarté.

Attendant devant le camion, deux soldats ne remarquent pas cet adolescent qui observe la scène depuis l’autre côté de la rue.
Les hommes de la brigade emmènent Kyle Vermore dans le camion tandis que le colonel Fredericksen appelle Fort Andrews.

-Suspect interpellé, il devrait arriver d’ici ce soir, envoyez nous un hélico au plus vite pour le transférer.
-Bien reçu, beau boulot, Fredericksen.

Arrivé devant le fourgon, il reste sans voix : Les portes du fourgon sont toutes ouvertes mais le plus étonnant est surtout que les deux pilotes sont désormais deux sublimes jeunes femmes et que Vermore est en train de muter dans le fourgon en émergeant de sa mue sans comprendre ce qui vient de lui arriver, il examine ses mèches brunes et surtout son nouveau corps de femme.

-Bon sang, qu’est-ce qui c’est passé ?!   Est-ce que quelqu’un peut m’expliquer ce qui c’est passé ?

Le colonel Fredericksen reste sans voix quand les rares passants devant l’immeuble sont également des jeunes femmes toutes plus séduisantes  les unes que les autres.

-Clark, ici Fredericksen, code rouge, vous m’entendez !? Code Rouge ! 

Les autres hommes de Fredericksen dont le lieutenant Thorne découvrent à leur tour le spectacle. Les deux pilotes du fourgon remarquent les militaires à ce moment là.

-Fredericksen, je suis désolé de vous dire ça mais les compteurs indiquent que cette énergie n’est autre que Henry Chestfield ainsi que celle de Kyle Vermore.

-Zack. Il nous a dit qu’il s’appelle Zack Hestridge.
-Qu’est-ce que vous racontez, mademoiselle ?

Le copilote, toujours en souriant aux officiers présents, répond au colonel.

-Si vous demandiez qui est le responsable, il nous a dit de dire que vous deviez chercher Zack Hestridge.
-Ici Fredericksen, dites nous tout ce que pouvez savoir sur un dénommé Zack Hestridge.

Le colonel ouvre les portes du fourgon et retire les menottes et l’équipement hors de la mue de Kyle Vermore, Kylie regarde le colonel en souriant.

-Excusez-moi, j’ai un peu froid, c’est possible d’avoir une couverture ou des vêtements ?
-Montrez-moi votre nuque, mademoiselle.

Il examine la nuque de Kylie et ne sent aucun relief, il scanne la jeune femme et le compteur indique un résultat négatif.

-Putin, mais c’est quoi ce bordel ?
-Colonel, on a les résultats de la recherche. Aucun dossier ne signalant un certain Zack Hestridge parmi les marqués encore en activité.
-Quoi ?

Le lieutenant arrive et transmet alors des autres données tout aussi embarrassantes.

-Le prof vient de faire une analyse des données, il n’ya plus de trace d’un quelconque pouvoir chez le suspect, enfin la suspecte. 

Il observe d’un rapide coup d’œil Kylie Vermore et un de ses hommes apporte une couverture
pour qu’elle puisse se couvrir.
Fredericksen est encore sous le choc quand il détaille l’analyse.

-Thorne ? Rassurez-moi, dites moi que je ne lis pas le mot « TRANSFERT »
-Si colonel, c’est comme si on avait retourné son pouvoir contre Vermore avant de lui voler et les secondes ondes sont du même genre, il s’agit bien des ondes identiques au pouvoir de Henry Chestfield mais c’est pareil, c’est quelqu’un d’autre qui les a utilisés. Colonel, si je comprends bien, on a un marqué…
-Oui, un marqué non identifié qui a volé et a désormais deux pouvoirs.

Retour en arrière, H+18 après apparition de la Nébuleuse.

Sortant du cinéma, Zack Hestridge et Alan Weaver rentrent chez eux à pied quand ils remarquent la Nébuleuse.

-C’est cool ce truc, regardes Alan.

Une lumière provenant de la Nébuleuse touche de plein fouet Zack Hestridge, modifiant plusieurs données de son ADN, il introduit une énergie bio-électrique au sein du corps de Zack qui se manifestera sur la peau sous la forme d’une marque à la base de la nuque.

-Zack, ca va ?
-….Huff huff huff…Non, ca va pas….Ca fait un mal de chien ce truc…Et un putin de mal au crâne….Haaa !!!

Son esprit sent plusieurs énergies un peu partout à travers le monde mais le cerveau de Zack ne peut aller trop loin sous peine d’exploser et se concentre alors sur une activité non loin de lui, à deux ou trois patés de maison d’ici, dans un club. Et une autre encore latente qui s’éloigne du même endroit. Comme émerveillé, il sent alors ce pouvoir non loin d’ici en pleine expansion, Zack sait qu’un autre marqué n’est pas loin d’ici et utilise son pouvoir en ce moment même. Et soudain son ami Alan devient le cobaye idéal pour tester ce pouvoir.

-On va prendre le métro, comme ça, on sera rentrés plus vite chez nous, vieux d’acc…

Il ne sait pas ce qui se passe, ni ce qui va arriver à Alan mais il veut savoir.
Zack repense sans comprendre pourquoi à plein de filles : aussi bien camarades ou voisines que stars et c’est là qu’Alan voit ce qui se passe. 

-Zack, je crois que tu m’as électrocuté, ouch ! Ca me fait mal !
-C’est rien, mon vieux, on va rentrer et tu vas me raccompagner, non, je vais te raccompagner  jusqu’à chez toi.  
-C’est gentil mais pourquoi est-ce que t’as l’air content ?
-Tu vas voir.

Alan n’a pas vu les éclairs changer ses vêtements, ses baskets deviennent des escarpins à petits talons et son baggy se ressert en un pantalon qui raccourcit.

-Zack, mais qu’est-ce que tu m’as fait ? Mes mains, mes cheveux !
-Tu sais que t’es mignonne comme ça…Ha hahahaha
-Arrêtes, c’est pas marrant, qu’est-ce qui…Oh, merde, non !

Plus que ses cheveux qui glissent le longs de sa tête, Alan a vu sa silhouette se redessiner et devenir non seulement plus féminine mais surtout plus attirante, il voit alors sa poitrine se reformer et l’absence qui s’est formé au creux de son entrejambes portant désormais un string et un shorty moulant.
Son visage devient plus féminin mais extrêmement aguichant tandis que son décolleté de jeune femme se forme au creux de son T-shirt.

-Ouah, tu sais que t’es grave bonne, chérie ?  Finalement, je crois pas que je vais te
raccompagner, tu vas rentrer avec moi et dormir chez moi. D’accord, bébé ?
-J’en avais l’intention de toute manière.

Et la ravissante jeune femme de l’embrasser langoureusement. 
Après une nuit d’extase, Zack est toujours obsédé par ce signal qui continue à bouger.

-Bonjour, bébé, bien dormi ?
-Oui, surtout avec toi.

Elle l’embrasse et se lève, ne portant plus que son T-shirt et son string.

-Je vais aller prendre une douche et faut qu’on aille en cours, lèves-toi, je t’attends…
-Ok.

Zack est perturbé, un deuxième signal se fait sentir, plus loin que l’autre mais tout aussi intéressant, Il va passer devant le signal en allant en cours.
Le deuxième signal est encore faible, il devra un peu attendre avant de pouvoir lui aussi l’utiliser.

-Espèce d’enculé !

Brian vient d’entrer dans la chambre de son frère, il lui fait un shampooing.

-Je suis trop fier de toi, petit frère, elle est méga bonne, elle s’appelle comment et ça fait combien de temps ?
-Elle s’appelle…Ala…na, ouais, merci, je sais et on sort ensemble depuis bientôt une semaine.
-Putin de veinard, frangin, allez grouilles, tu vas être à la bourre, putin si moi aussi je pouvais croiser une bombe pareille…

Zack a un déclic en entendant son frère et sourit d’amusement, la belle Alana s’est rhabillée et maquillée avant de rejoindre Zack encore en train de chercher son pantalon. Quand soudain sa marque lui fait mal.

-Aïe ! Bon sang !

Le deuxième signal a encore utilisé son pouvoir, il le contrôle mieux mais ne semble pas satisfait encore, il n’est pas assez fort comparé à l’autre qui est une vraie guirlande de noël, s’il compte bien, il l’a utilisé déjà au moins 3 fois.

-Dépèche-toi, chérie.
-J’arrives.

Zack part avec la magnifique Alana sans se préoccuper de ce que diront ses camarades en voyant cette créature de rêve arriver au lycée. 
Il ressent d’autres signaux mais plus éloignés, trop loin pour les capter, le plus intéressant est malgré la distance, cette énorme source au loin, il sait que c’est ici aux Etats-Unis mais ne sait pas où.

J+1, Los Angeles

La venue d’Alana au lycée fit l’effet d’une bombe mais Zack s’en moquait, il sentait les deux signaux très clairement à présent et il commençait à savourer les perspectives psychiques du pouvoir qu’il ressentait avec tout comme avec Alan, l’envie pressante de le tester sur un cobaye.
Il découvrit ce matin là qu’Allison Rohl s’était fait larguer hier soir et ses amies faisait tout pour la consoler. L’occasion était trop belle.
Pendant tout le cours, Zack était plus concentré sur ces deux signaux et leurs pouvoirs qu’autre chose, bien évidemment, les professeurs ont demandés aux élèves de passer une série de tests cet après-midi mais Zack sait quoi faire pour truquer les résultats.

-Hahahaha, gros porc, goret !

Louis Morneau est un étudiant canadien assez gros pour son âge, en entendant ces railleries, Zack a trouvé le cobaye idéal.
Zack essaie d’étudier le pouvoir et se rend compte qu’il peut influencer le signal en l’utilisant avant son utilisateur, par contre, le signal numéro 1 reste à portée.

-Salut, Louis, dis-moi, tu pourrais venir, je voudrais te parler d’un truc…

Au même moment, Kyle Vermore sent son pouvoir grandir en lui, l’envie d’être utiliser devient plus grande et il lui faut trouver quelqu’un au plus vite.
Sortant des toilettes, Kyle voit son collègue Bill Flocky qui passe devant lui et sans comprendre, il le foudroie du regard au sens propre.
Sans comprendre ce qui lui arrive, Louis sent son corps devenir bizarre et c’est là qu’il voit alors deux choses : un corps beaucoup mieux que le sien semble pousser sous son actuelle peau sans se douter qu’il s’agit d’un corps de femme mais surtout comme une réponse à ses prières derrière les mèches cendrés et bouclés sous sa peau, il remarque alors dans son dos, une ouverture qui remonte jusqu’au cuir chevelu qui lui permettrait de s’extraire comme d’un cocon.
Zack est fasciné, émerveillée et regarde alors la ravissante étudiante française, Elizabeth, émerger nue de son ancien corps sans se soucier de sa nudité, elle s’examine en souriant tandis que Zack essaye un truc, il tend ses anciens vêtements à Elizabeth et s’adapte sur elle.
Les autres élèves découvrent avec joie cette séduisante jeune femme, plus âgée qu’eux pour la plupart.
Zack décide de se rendre ensuite au gymnase pour aller rendre visite aux joueurs de l’équipe de basket.
Ils se font un concours de panier quand ils voient arriver Zack, Stan Philips regarde ce gringalet arriver et les deux autres joueurs aussi.

-On peut faire quelque chose pour toi ?
-Oui, je cherche Stan, je voudrais lui dire deux mots au sujet d’Allison.
-Pff, laisse tomber, elle m’a saoûlé, je l’ai largué.
-Ah oui ?

Les deux autres basketteurs n’ont pas remarqué que la pilosité de Philips était de disparaître rapidement tandis qu’eux-mêmes avaient l’impression d’être à l’étroit dans leur costume.
Zack observe les cheveux de Stan, ils sont brillants, plus soyeux et ces ongles commencent également à pousser.

-Stan ? Regardes-toi, qu’est-ce qui se passe ? Hein ?

Norton remarque que sa tenue de basket est trois fois trop grande pour lui désormais mais le plus effrayant est surtout l’étonnante transformation capillaire d’Eric, son équipier, des longues mèches blondes lui poussent depuis quelques minutes et lui aussi voient que ces vêtements sont trop grands. 

-Norton ? Eric ? Qu’est-ce qui vous arrive, les gars ?

Il se passe la main devant la bouche, sa voix est plus aigue qu’avant mais surtout, il remarque qu’il a désormais une poitrine de  jeune fille et que le reste de son corps a également changé.
Eric sent un vrai bombement se produire au niveau de sa poitrine ainsi qu’au niveau du bassin et des hanches, il devient une superbe adolescente blonde tandis que son visage se change peu à peu, Norton voit qu’également, il devient une adolescente tout aussi ravissante à la peau café au lait, leurs tenues de basket est trois fois trop grandes pour eux désormais, Stan est devenue une jeune fille très mignonne, elle ressemble beaucoup à Alana. Le plus terrifiant est quand il se rend compte qu’il a désormais un vagin entre ces cuisses, il est furieux contre Zack et reste sans voix en voyant l’uniforme de ces deux équipiers devenir une tenue pour deux jeunes femmes qu’on pourrait qualifier d’allumeuses. 

-Stan, regardes nous, on ne veut pas…
-Qu’est-ce que tu nous a fait, espèce de minable ?
-Rien, j’avais juste envie de  m’amuser un peu, les filles vous êtes vraiment canons.
-Attends, tu va pas nous laisser comme ça ?
-Non, dés que tes fringues seront changées, toi aussi, tu te prendras au jeu.

Stan observe alors une jupe et un body blanc se former et dévoiler ses nouvelles mensurations d’adolescente, il regarde ces deux équipiers et voient qu’elles ont oubliés qui elles étaient avant et progressivement sa féminité prend le dessus.

-Hum…Zack ! Je suis heureuse de te voir, on peut faire quelque chose pour toi ?
-Non, je voulais passer vous faire un petit coucou, les filles, n’oubliez pas le match ce soir.
-Aucun risque, mon chou, avec nous, impossible qu’ils perdent.

Zack retourne en cours et Alana discute avec deux copines.
C’est là que Zack ressent nettement le deuxième signal, il s’est amélioré, le possesseur de ce pouvoir commence à y succomber. Il va tester dés qu’il le pourra.
En rentrant le soir, il croise Orson Werner, son voisin, il est saoûl et voit passer Zack.

-T’as un problème, merdeux ?
-Non, aucun. Dis-moi, tu sais quand Marie va rentrer, c’est mon frère qui veut savoir ?
-Qu’est-ce que j’en sais, elle donne plus signe de vie à sa famille depuis qu’elle sort avec son latino !
-Ok, merci.

Sans comprendre ce qui vient de se produire, Orson voit que Zack l’a foudroyé du regard.

-Bon sang, qu’est-ce que tu m’as fait, merdeux ?
-Rien, vous pourriez passer chez moi d’ici une petite heure le temps que mon frère rentre ?
-Et puis quoi encore, dégages !

Zack s’éloigne en souriant. Orson rentres chez lui en titubant, son père le voit monter les marches en zigzaguant. Orson arrive jusqu’à sa chambre avec difficulté, il a l’impression d’avoir marché plusieurs kilomètres quand il se rend compte qu’il ne sent plus sa bouteille dans la main, sa main et tout le reste de son corps s’est engourdie mais surtout, sa peau le démange.
Brian sort de sa voiture quand il voit arriver une magnifique étudiante, les cheveux attachés portant un caraco et un short en jean, elles a des beaux yeux verts soulignés par du eyeliner noir et des jambes et fesses superbes, le reste également veut le coup d’œil, elle a un sac à dos et voit Brian qui descend de sa voiture.

-Salut, excuses-moi, je suis en intérim dans votre région pour un mois mais malheureusement, j’ai pas assez de thunes pour me payer une chambre à l’hôtel et  mes parents ne répondent pas en plus et je sais pas où dormir ce soir.
-Heu…Si tu veux, on a une chambre d’amis chez moi, t’as qu’à venir dormir, je vais en parler avant mais il devrait pas y avoir de problèmes.
-Ce serait vraiment cool de ta part.  Merci, c’est quoi ton nom ?
-Brian et toi ?
-Sonia, ravie de te rencontrer.

Zack entend une voix qu’il ne connaît pas dans le salon discuter avec son frère et surtout une voix de femme, il sort et voit la ravissante Sonia en souriant.  

-Sonia, je te présente mon petit frère, Zack. Sonia est intérimaire, elle a pas d’endroit où
dormir ce soir et vu que la chambre d’amis est libre, tu vois…
-Oui, oui, pas de souci, bienvenue, Sonia, j’espères que la maison vous plaira.
-Je te remercie.

Zack sent alors le premier signal utiliser encore une fois son pouvoir.
Marco titube tandis que ses vêtements deviennent de plus en plus serrés, il est effrayé quand il voit une opulente mais néanmoins siliconée paire de seins sur sa poitrine se former très rapidement, ses cheveux deviennent blonds bouclés et son visage se modifie. Henry Chestfield observe la magnifique Connie se former sous ses yeux.

-Tu es à tomber, et à partir de ce soir, toi, tu seras l’attraction du club, d’accord ?
-Entendu, patron de mon cœur.

Consciente d’être topless devant son patron, Connie se rhabille doucement et sort du bureau, Nico le commis en cuisine voit descendre cette beauté du bureau du patron.

-Salut, toi.

Nico ne lui répond pas, il sort son portable et compose un numéro.

J+2

FORT EMMERICH

-monsieur, un rapport, on aurait repéré une source assez puissante qui viendrait de Los Angeles   
-Quel type ?
-Tactile mais également psychique.
-On l’a localisé ?
-Non, son signal est identique à deux autres cas qui ont été détectés, Fort Andrews en a déjà
identifié un, Henry Chestfield, patron d’un club sur Beverly Hills, il aurait des méthodes de recrutement de son personnel féminin assez efficace.
-Et l’autre ?
-On sait pas encore, on sait que c’est un cas psychique mais son signal n’est pas assez fort pour qu’on puisse le repérer.
-Je parlais du double type.
-Par intermittence, également, on a des piques mais ça correspond à celui de Chestfield et du cas numéro 2.
-Ok, envoyez une équipe de reconnaissance dés que Fort Andrews aura arrêté Chestfield, le troisième marqué sera plus facile à identifier sans doute après ça.

Zack est déçu, signal 1 semble s’être calmé depuis hier, quand à signal 2, hé bien, il devient de plus en plus intéressant, il a utilisé son pouvoir, il n’y a pas une minute.

Mais ce qui inquiètes le plus, c’est ces reportages qu’ils passent à la télé sur les marqués, un général a arrêté deux marqués au sein de sa base et a décidé de tous les arrêter. Le site Internet est assez explicite puisqu’il annonce le nom des personnes arrêtés ou suspectés et même de pouvoir dénoncer un proche anonymement, plusieurs noms ainsi que leur types de pouvoirs ont été arrêtés mais ils ont également subis de lourdes pertes de leur côté, Zack est fasciné par un cas encore non appréhendé : Alpha, un Psychique assez puissant et dangereux qui aux dernières nouvelles se trouverait ici même après avoir fui l’Europe, trois autres camps ont ouvert pour servir d’aile de détention selon les cas incarcérés : Fort Walton, Fort Braghe et Fort Emmerich qui se situe en Arizona. 
Il sait que si les marqués sont traqués, ce n’est qu’une question de temps avant qu’il ne le repère, il va leur faciliter la tâche et au passage, aller à la rencontre des deux signaux. L’autre info intéressante est également ce « Higgins », c’est lui le phare qui sent à des kilomètres et bonne nouvelle, il n’est pas bien loin d’ici.
La seule chose qui dérange Zack, c’est qu’il ne recrute que des femmes pour l’instant.

-Où est-ce que tu vas, Zack ?
-Je vais aller au ciné avec Alana.

Zack regarde l’heure : 21h45, c’est encore trop tôt pour espérer un contact avec signal 1, il agit après 23h la plupart du temps, il doit travailler dans le monde  la nuit puisque certaines  manifestations se sont parfois produites à  4 ou 5 heures du matin. Il prend le métro quand il tombe sur des loubards, Zack décide de faire profil bas.

-Hé, ptit, t’as pas une clope ou du feu à me passer ?
-Non, je fume pas.
-Pas grave, on peut s’asseoir là ? Ca te dérange si on discute ? Tu vas où comme ça ?
-Je me balade, j’ai quelqu’un à aller voir d’ici une petite heure.
-Ah ouais, ta meuf ? On peut venir mes potes et moi avec toi ?
-Je sais pas, si l’autre type veut bien, alors ouais.

Zack voudrait se débarrasser de ces racailles mais il risque d’être vu s’il utilise un de ses pouvoirs ou pas.
Il ignore totalement ce que raconte le voyou à côté et repense alors à cette histoire de marqués, est-ce que quelqu’un l’a balancé ?

-Dis-moi mon pote…t’en penses quoi de cette histoire de marqués ?
-Pff, tu crois à ces conneries, toi ?  Et tes potes, ils en pensent, quoi ?     
-Faut pas le dire mais on est un gang de marqués en vérité mais chut, y’a la brigade qui va nous arrêter après.
-Ah ouais ? Et tu fais quoi ?
-C’est trop flippant pour toi mais il suffit que je te touche et tu me tailles une pipe sur commande, tu veux voir ? Je te montre ma queue et t’auras envie de me pépon…Pareil, mon pote, il va te faire pousser des gros nénés et je te mettrais sur le trottoir après.

 Les potes de la racaille rigolent grassement à sa blague de mauvais goût.
Zack aussi rit intérieurement de lui donner de si bonnes idées.
Cette bande d’abrutis vont lui servir en fin de compte.

1 commentaire:

  1. Petit message pour ceux ayant déjà lu jusqu'au chapitre 16, donc la suite est en cours et sera disponible jusqu'au chapitre 19. Comme indiqué, un spin-off en plusieurs parties appelé l'extracteur composé pour l'instant de 7 chapitres et enfin, 3 autres spin-off individuels (comme PRIESTRESSES) sont également prévus. Voilà, bonne lecture.

    RépondreSupprimer