mardi 6 décembre 2011

La Marque de Xenocross, Chapitre 5

Voici une histoire en plusieurs parties réalisé par Xenocross, nous vous proposons de vous la faire partager, dites nous vos idées et suggestions, si vous avez des idées de suites ou de captions qui vous inspirent , envoyez les, en attendant bonne lecture...


Chapitre 5

J+2 après apparition de la nébuleuse

Henry se fait projeter au sol avec son ami Scott Walker, les voyous ne pensait pas que les deux gringalets serait aussi résistants et les rue de coups.

-Scott, faut qu’on se casse et vite !

Scott ne répond pas, il est déjà retourné affronter ses adversaires quand soudain sa marque le démange, les voyous s’arrêtent soudainement et sourit à Scott avant de tous se prendre la tête violemment. 

-Scott mais qu’est-ce que tu…Ah ?

Scott ressert son emprise sur le chef de la bande et sans rien comprendre, Henry voit le torse du voyou changer mais, il n’y a pas que ça, celui-ci tente de résister mais des seins se forment sous son T-shirt et ses hanches puis son bassin prenne une forme très aguichante.
Les autres voyous observant alors le visage de leur chef changer et devenir celui d’une femme.

-Mais qu’est-ce que, ma voix, mon corps, qu’est-ce que tu m’as fais, enfoiré ?!
-Attends, regardes bien.

Les autres voyous ont complètement oublié qui était la personne devant eux et décide s’amuser avec elle. 

-Arrêtez, les gars, faites pas ça !

Henry regarde son pote qui se marre et s’approche de lui naturellement.

-Scott, mais qu’est-ce que tu viens de faire ?
-Rien du tout, oublies ça.
-Oublier ça mais comment, est-ce que tu te rends compte de ce que tu viens de faire, y’a un type qui a été changé en femme sous nos yeux, là !
-Ouais et alors ?
-Je crois bien que t’avais raison, cette marque t’a rendue différent. T’es qu’un…Oh….

Scott le fixe droit dans les yeux.

-Tu me déçois, mon pote, on se connaît depuis longtemps, je pensais que tu trouverais cool que j’ai un tel pouvoir ! Mais non, tu sembles avoir peur de moi.
-Scott, si tu veux qu’on reste potes, arrêtes ça, je t’en prie.
-Arrêter ? Alors que maintenant, je peux enfin me sentir moi-même, pas question !
-Scott, mais qu’est-ce que tu vas me faire ?
-J’ai décidé que tu vas oublier mon secret et accessoirement, je crois bien que tu vas devenir ma copine désormais !
-Non ! Fais pas ça !

Scott est mis à terre par plusieurs hommes armés qui lui enfile une sorte d’équipement électronique sur le visage.

-Ne me touchez pas, vous le paierez si je vous chope !

Les voyous ont été arrêtés et leur chef arrive au côté d’un des officiers et mené par l’officier Rob Clark.

-Bien joué Mac Dougall, on vous remercie beaucoup, mademoiselle.
-Oh, ca va écrase…Qu’est-ce que je vais faire maintenant que je suis devenue une gonzesse, je suis fichu !
-Déjà, vous allez suivre le capitaine Fredericksen qui va vous demander de tous le suivre.
-Où est-ce que vous m’emmenez ? Je suis innocent !
-Vous êtes un témoin, mademoiselle, c’est tout.

Clark s’approche de Walker, il ne comprend pas ce qui vient de lui arriver.
Deux officiers dont le sergent Thorne et le sergent Sanders aident Henry à se relever et surtout à tenter de garder son calme.

-T’es dingue, t’es qu’un putin de monstre, Scott !

Scott entend la voix de son ami mais sent quelque chose qui bloque son pouvoir.

-Emmenez-le, je vais aller lui parler.

Une semaine après l’affaire Richard Honfield….

CAMP MILITAIRE DE FORT BRAGUE
  
-Allez, remuez-vous le cul, bande de tapettes !

Le sergent instructeur Nikopolis entraîne ses recrues, il vient de leur faire faire le tour de la base en courant, certains sont sur le point de s’écrouler, tous sont en sueur.

-Allez Kowalski, debout, t’es qu’une petite tantouse ou t’es un vrai soldat ?
-Un…vrai…soldat…,sergent…
-Oh t’es essoufflé, mon grand ? Remerciez votre camarade, encore un tour, histoire d’être sûr que vous passiez une bonne nuit.

Kowalski se fait bousculer par ses camarades dans le rang, le sergent instructeur ne les sépare pas quand une main se pose sur son épaule, il s’agit du sergent Sam Lerner.

-Rompez, soldats, je vous accorde deux minutes de repos.
-T’es quand même dur avec eux.
-Il faut bien les former à être des hommes sinon ça va devenir des intellos qui auront pas assez de biceps pour soulever un clou.
-Un jour, tu vas tomber sur quelqu’un qui risque de disjoncter, tu feras quoi ?
-Je l’engagerais pour faire partie des Marines, hahahaha !

 L’officier Jose Penito arrive vers les deux sergents.

-Sergent Lerner, le colonel Fielding vous demande immédiatement !
-T’as encore fait une connerie, toi.
-Occupes-toi plutôt de tes recrues, je crois que les deux minutes sont largement passés.
-Allez, les danseuses, je vous ai laissé suffisamment de temps pour vous reposer, on repart et au pas de course, Kowalski, devant avec moi !

Lerner suit l’officier Penito jusqu’au bureau du colonel.

-Entrez, Lerner, j’ai à vous parler.
-Est-ce qu’il y a un problème, colonel ?
-Non, je viens de raccrocher à l’instant avec les gradés de la base et celle de Fort Andrews, je suppose que vous n’ignorez pas cette  histoire de marqués par la Nébuleuse ?
-Non, colonel, je suis effectivement au courant de certaines infos sur ces marqués. Quel rapport avec moi ?
-Fort Andrews nous a demandés de leur fournir le meilleur pour créer une seconde équipe de capture, félicitations, mon garçon.
-Quoi ?
-Vous partez demain à Fort Andrews, votre entraînement sera supervisé par le colonel Fredericksen et l’officier Rob Clark. Si vous avez de la chance et que vous êtes performant, vous pourrez aller coffrer des marqués d’ici la fin de la semaine.
-Merci beaucoup, mon colonel, c’est un honneur, qui serez les hommes qui viendront avec moi ?
-L’un d’entre eux est manquant, votre bon copain, le lieutenant Matheson, il est porté disparu depuis hier soir, quand aux autres, regardez par vous-mêmes, que des gars que vous connaissez et selon moi, sans me vanter, l’élite de cette base. Vous serez désormais l’équipe Bravo.
-Compris, colonel ! Puis-je me permettre une requête ?
-Allez-y.
-Puis-je me renseigner sur les dernières traces du lieutenant Matheson ?
-Seulement les rapports, une équipe est déjà sur le coup. Et je vous donne en mille, c’est Arnoff qui est chargé de l’enquête.
-Si c’est Arnoff, alors il retrouvera Matheson avant le déjeuner.
-Soyez-en sûr, ne le prenez pas mal mais s’il n’était pas occupé sur cette enquête, c’est lui que j’aurais envoyé diriger l’équipe Bravo et vous auriez quand même fait partie des recrues.
-J’ai eu beaucoup de chance alors.

L’officier Lerner sort du bureau du colonel et est soudain pris d’un violent mal de crâne quand il aperçoit une jeune recrue qui lui sourit. Le sergent Lerner se rend tout de suite à l’infirmerie pour se faire examiner mais se rend compte que c’est peut être risqué.
Une pensée lui traverse l’esprit et il décide de se rendre quand même à l’infirmerie.
Il a de la chance, il n’y a qu’une personne présente, un de ses collègues, le soldat Mitchell.

-Salut Sam, qu’est-ce que tu fiches ici ? Ce foutu truc qui te flingue la tête toi aussi ?
-De quoi ? Ah, la Nébuleuse, ouais, un mal de crâne pas possible, et toi Arnie, quels nouvelles ?
-Tu sais très bien, voyons mais c’est top secret, on a eu du bol d’être choisi par ce gars, là, MacArthur, il paraîtrait qu’il a lui-même arrêté le commandant de la base après qu’il est découvert que c’était un marqué.
-Vraiment, on dit ça de lui ? Moi, j’ai entendu des témoignages assez bizarres sur ce type, il cache des trucs pour rester en place à ce qu’on raconte.
-Pfff, si tu commences à douter de ton futur officier supérieur, tu risques de t’attirer des ennuis, mon vieux.
-Que puis-je pour vous, sergent ?
-Comme le caporal Mitchell, cette Nébuleuse me donne un mal de crâne pas possible.
-Ok, je vais vous donner quelque chose tout de suite, si ça ne passe pas, revenez ici.

Sam sent monter en lui cette sensation bizarre à nouveau, il remarque qu’il est seul avec le docteur et son collègue, le docteur lui apporte des cachets et un verre d’eau, cette inexplicable sensation le tenaille et a envie de sortir au plus vite. Il pose son verre et regarde le docteur s’éloigner dans la pièce à côté.

-Sam ? Tu te sens bien ?
-Oui, enfin, non, je vais attendre que le médicament agisse avant d’y aller.

Le caporal Mitchell voit alors une très belle officier métis à la place de son collègue.

-Mais enfin, qu’est-ce que…
-Tu as vu quelque chose, Arnie ?
-Sam, tu es un…
-J’espères que ce que tu as vu t’a plu.

Il attrape son collègue et le frappe en pleine poitrine, il perd soudain toute force, de violents spasmes lui parcourent le corps et il s’écroule devant Lerner qui observe sans réagir. Le caporal sent ses jambes changer sous ses vêtements mais ce n’est pas tout, ses cheveux deviennent plus clair et plus soyeux. Il est pris de panique quand il voit se former des seins sur sa poitrine qui pousse minute après minute. Sam attrape son visage et Arnie à l’impression que les mains de son collègue sont brûlantes tandis que ses traits changent et que son esprit change littéralement.

-Sam ? Approches…

Il ferme les stores et s’isole dans une des chambres avec le somptueux officier métis qui l’embrasse.

-Où est passé votre collègue ?
-Je…Je ne sais pas, il était là, y’a même pas 5 minutes.
-Vous ne vous sentez pas mieux, je vais vous examiner.

Décrochant sa main de la belle doctoresse qui refuse de le laisser partir, il l’embrasse et referme la porte de l’infirmerie. Il croise à nouveau l’officier Penito en sortant de l’infirmerie mais ne fait pas attention à lui.
Il va rejoindre ses collègues dans le bar en dehors de la ville, il est sûr d’y trouver l’officier Schmidt.
Jouant au billard avec deux autres officiers, Dieter Schmidt salue son collègue quand il entre et poursuit la partie.

-Félicitations, tu as une chance en or.
-Salut, Arnoff.
-Je viens t’avertir qu’on a un marqué à Fort Braghe.
-Hein ? Comment tu le sais ?
-Disons que j’ai mes sources mais on aurait aperçu trois individus sur la base dont deux très jolies femmes qui l’accompagnait.
-Il ressemble à quoi ce type ?
-A un officier de Fort Andrews, un certain Higgins. Apparemment, il recruterait des marqués.
-Merci du tuyau, je ferais gaffe.
-Ya pas que ça, surveilles bien tes miches parce qu’un autre de tes gars est porté manquant, il paraît que tu l’as croisé ? Le caporal Matheson.
-Matheson aussi ? Depuis combien de temps ?
-Ca fait à peu près…
-Tiens, le bureaucrate, désolé que tu puisse pas venir avec nous, Arnoff.
- La prochaine fois, peut être, c’est pas comme si vous alliez arrêter tout les marqués dés que vous serez à Fort Andrews. Je disais à ton chef que vous devriez faire gaffe, les mecs, on a un marqué qui vous colle. Saluez le sergent Thorne quand vous serez là bas, on a fait nos classes ensemble et Fredericksen est un bon colonel, il sait diriger ses hommes.

Arnoff repart avec deux hommes à lui et sort du bar. 

-Pff, ce type est aussi bon que toi, Sam, pourquoi est-ce qu’il a fallu qu’il choisisse de rester derrière un bureau ?
-Te trompes pas, les CIS ont beaucoup de boulot sur le terrain, c’est pas avec leur stylo qu’ils
passent les menottes. Alors, t’es prêt pour demain ?
-Et comment ! J’ai appris que mon voisin était devenu un marqué, j’ai échappé belle, surtout qu’il paraît que son cas a été virulent.
-Arnoff est persuadé que le marqué va tenter un truc avant demain, il t’en a parlé ?
-Ouais, et aussi des trois suspects dont les deux bombasses, tu devrais voir les obus de la meuf sur la photo. Elle peut venir s’interposer quand elle veut.
-J’ai vu, des nouvelles des autres ?
-Non, aucune, le colonel aurait une piste et en saura plus demain, du moins, c’est ce qu’Arnoff m’a dit.
-Je comprends que tu veuilles pas lui faire confiance mais il fait son job.

L’officier Lerner reçoit un appel.

-Allô ?
-Ici l’officier Pinero, revenez à la base, il c’est passé quelque chose avec le colonel !
-On arrives tout de suite !
-Qu’est-ce qui se passe ?
-Le colonel a eu des ennuis en suivant sa piste apparemment. Arnoff disait vrai.
-Hé, Dieter, tu viens pas jouer une autre partie ?
-Désolé, peut être plus tard !
-Montes avec moi sur ma moto, on arrivera plus vite !

La moto de Schmidt fonce vers la base, Lerner se sent à nouveau étrange, sa pulsion revient sous forme de vagues et l’envahit rapidement mais quelque chose l’en empêche.
Schmidt arrive dans les locaux des officiers, les deux gardes devant le bâtiment les reconnaissent immédiatement.

-Vous servez à quoi, les gars ? Qu’est-ce qui est arrivé au colonel ?
-On sait pas du tout ce qui c’est passé, suivez nous, attendez vous à être surpris.

Lerner et Schmidt découvre alors une bimbo en tenue d’officier en train de se trémousser et se frotter contre le mur. Lerner sent à nouveau ce désir l’envahir et la présence de la bimbo augmente encore plus sa pulsion.
L’officier Pinero arrive et observe  le spectacle.

-On l’a trouvé comme ça, il y a 45 minutes, on a voulu vérifiée les écrans de contrôle mais les caméras ne fonctionnent plus.
-Oh, que de beaux mâles pour moi, qui veut venir me satisfaire ? J’ai très envie de sexe…

Les personnes présentes dans la pièce sont déstabilisés par les paroles de la bimbo et son jeu de langue sur ses lèvres pulpeuses n’aident pas à se concentrer. Lerner réagit étrangement, les mots sortent tout seul de sa bouche.

-Moi, je peux vous fournir des copines de jeu si ça peut te plaire.
-Hein ? Sam, t’as perdu la tête ou quoi ?
-Mhhmmm, j’ai dû être très sage ce soir pour être gâté comme ça, et tu te joindrais à nous ?
-Bien entendu, je peux déjà te dire que 4 filles vont se joindre à nous. Est-ce que ça te tente ?
-Oh oui ! Vas-y, je sais que tu seras encore plus chaud quand tu me sauteras si on le fait entre filles avant.

Les autres officiers ont reculé, Schmidt sort son arme le premier et braque Lerner.

-Ne bouges plus ! C’était toi, hein ? Le marqué qui voulait nous éliminer, Arnoff te soupçonnait et il doit être en chemin maintenant.
-Pas si le tuyau qu’il devait vérifier était bidon, il devrait tomber sur deux jolies demoiselles très occupés.
-Pinero, vous êtes…

Lerner n’a jamais senti une sensation comme celle-là, la bimbo observe la situation sans rien dire ni chercher à aguicher comme elle venait de le faire, Sam Lerner sait qu’il est libre de faire ce qu’il veut tout de suite.

-Tu voudrais vraiment me tirer dessus, Arnie ?

Schmidt est déstabilisé quand à la place de son collègue, il est vu, une superbe blonde, habillée de façon sexy et moulant avec un dos-nu très évasée qui venait de lui parler.
Instinctivement, il frappe une première fois son collègue au niveau du torse et le regarde se paralyser et réagir à ce qui lui arrive en savourant.

-Sam, qu’est-ce que…Qu’est-ce qui m’arrives ?
-J’ai hâte de voir celle que tu as vu.

Dieter sent alors son corps se reformer complètement, il rapetisse et mincit mais certaines parties de son corps prennent des courbes totalement différentes, des formes féminines se dessinent sur son corps tandis qu’il voit ses cheveux pourtant coiffés à la brosse très court redevenir long.

-Le moment que je préfère.
Il saisit le visage de Schmidt et ses mains deviennent brûlantes reforment les traits de son visage en celui de la superbe blonde qu’il avait vu, son corps est magnifique et ses vêtements très sexy la rend irrésistible, elle s’examine rapidement et embrasse alors Sam quand soudain la fille prend conscience de ce qu’elle fait et se recule.

-Sam ? Qu’est-ce que tu m’as fais, regardes-moi, je suis, tu es…Je jure que tu vas le payer, espèce de monstre !
-Mais enfin, chérie, qu’est-ce qui t’arrives,
-C’est moins facile comme ça, n’est-ce pas, Lerner ?

Paralysé, il se retourne et découvre un être grand, mince et pâle, une très jolie demoiselle   bimbo puis une seconde le rejoigne, la seconde est celle qui se faisait passer pour le colonel, Schmidt est paralysée par la peur et dépassée par la situation.

-Qu’est-ce que c’est que cette histoire de fou ? Rendez-moi immédiatement mon apparence et ne faites plus un geste !         
-Gardez votre calme, mademoiselle, Shelly ?
-Je m’en occupes.
-Ne m’approches pas, espèce de poupée siliconée !

Shelly pose sa main sur la tempe de Schmidt est abaisse son arme, Lerner attend sa réaction quand elle se tourne vers lui en l’embrassant.

-Je vais t’attendre dehors, chérie, je vois que tu dois discuter.

Dina Schmidt sort du bureau du colonel d’un pas gracieux.

 -Expliquez moi tout de suite ce que vous venez de faire et surtout qui vous êtes ?
-Je vais déjà t’avouer quelque chose, je ne suis pas l’officier Pinero, lui et le soldat qui nous a vus rentrés dans la base sont occupés en ce moment.

A la place des soldats se tient une jeune femme et la bimbo qui prétendait être le colonel s’approche de Pinero devenue une tout autre personne.

-Je me nomme Higgins ou du moins, c’est le nom que m’a donné le général Mac Arthur peu après mon arrivée à Fort Andrews et voici mesdemoiselles Shelly Vitroski et Cindy Jameson.

-Vous, vous…C’est vous les intrus qu’Arnoff a repéré sur la base ?
-Oui  mais il n’est plus une menace pour nous, Shelly s’en est occupé ainsi que de ses deux hommes. Bon, je suis ici pour venir te recruter, mon garçon, tu bénéficies d’un pouvoir assez incroyable et j’ai pu voir que tu me serais très utile pour ma mission.
-Recrutez ? Moi ? Vous ne savez pas que demain, je rejoins Fort Andrews ?
-Vraiment ? Et que feras-tu si soudainement la mémoire revenait à toutes tes amantes sur ce que tu leur a fait ? J’ai été envoyé pour recruter des marqués pour nous servir, à cause de MacArthur, j’ai déjà perdu plusieurs cas assez incroyables et je vais très bientôt rencontrer un cas vraiment très puissant, jusqu’au prochain stade, j’ai besoin de personnes pour m’aider à recruter des marqués et par la force si nécessaire mais  je crois que ça ne te dérange pas.
-Je pourrais utiliser librement mon pouvoir pour recruter pour vous d’autres marqués ?
-Oui, excepté que tu n’auras pas le droit de pouvoir les asservir mentalement et en faire tes amantes.
Lerner commence à tituber, il semble fièvreux, Higgins voit qu’il perd son emprise sur lui.

-Mince…Mesdemoiselles, reculez.
-Où est-ce que je suis ? Qui êtes vous ?

Sam Lerner regarde ce grand type et le menace de son arme.

-Vous voulez que je m‘en occupe ?
-Non Cindy, je m’en charge, quel dommage.
-De qui parlez vous et qu’est-ce que vous avez fait ici ?
-Chéri, je t’attends.

Dina entre dans la pièce et se blottit contre lui, Sam trouve cette jeune femme extrêmement séduisante, elle l’embrasse mais la repousse.

-Excusez-moi mais je ne vous connais pas mademoiselle bien que je vous trouve extrêmement attirante.
-Qu’est-ce que tu racontes, chéri ? C’est moi, Dina. Qu’est-ce qui t’arrives ?
-Il ne se sent pas bien, mademoiselle, suivez-moi.

Pinero laisse Shelly éloigner Dina et en profite pour désarmer l’officier Lerner.

-Ceci est votre pouvoir, Sam, vous avez crée cette magnifique jeune femme grâce à votre don de marqué.
-Quoi ? Moi, un marqué ? Qui, qui était cette jeune femme ?
-Peu importe, je sais qu’actuellement, vous avez quelque chose en vous qui bouillonne, ne demandant qu’à sortir, une pulsion inassouvie, ceci est ton pouvoir qui ne demande qu’à être utiliser.
-Je…C’est faux…Je ne ferais jamais ça.
-Mitchell, Arnie, Dieter, le docteur de la base, tu en as fait tes amantes grâce à ton pouvoir.
-Non ! Cette femme…Non ! Laissez-moi !
-Ne luttes pas, laisse cette sensation sortir et je pourrais enfin te recruter.

Sam se sent à nouveau étrange et cet homme lui décrit exactement ce qu’il ressent, il semble satisfait de le voir lutter quand il voit une superbe femme, aux longues jambes et au postérieur très mignon, les cheveux noisettes assez court et surtout des yeux bleus magnifiques. 

-Mais qu’est-ce que j’ai vu ?
-Fais-le, Sam.

Il ne peut pas lutter et touche cet homme, il sait que d’ici quelques minutes, la sublime jeune femme sera à lui, une nouvelle amante mais cette fois-ci les choses se passent différemment.
C’est lui qui se plie en deux en sentant comme si son corps gonfler et chauffait, il s’écroule aux pieds d’Higgins.

-J’ai mal !
-Tu sais maintenant ce qu’ont ressenti tes amantes en devenant tes objets de désirs.

Les jambes de Sam se remodèlent sous ces yeux, elles deviennent celles de la jeune femme qu’il a vu à la place d’Higgins, il sent également son torse et son buste se remodeler, ses cheveux deviennent plus soyeux et s’éclaircir légèrement. 
Il sent son cœur battre dans sa poitrine très rapidement qui s’est elle aussi changée en celle d’une femme.

-…Aidez- moi ! Arrêtez ça, ça fait mal.
-Ton pouvoir s’est retourné contre toi et  tu es désormais prisonnier de ton pouvoir.

Le bouillonnement atteint des proportions insupportables quand son visage semble prendre feu. Ses traits se modifient et ses yeux aussi ainsi que sa voix puis peu à peu sa conscience.
Sam est devenu la séduisante jeune femme qu’il avait vue, son esprit est encore un peu embrouillée.

-Sam ? Alors, comment te sens-tu ? Est-ce que tu te sens mieux ?
-…Oui, j’ai moins mal, merci. Qu’est-ce que je fais ici ?
-J’aurais une question, est-ce que tu sens un besoin battre en toi, une pulsion que tu voudrais assouvir ?
-…Non, j’ai seulement envie de me trouver un copain ou une copine, j’ai envie de faire l’amour le plus rapidement possible, d’ailleurs, est-ce que vous et votre copine, vous me trouvez à votre goût ?
-Non, mademoiselle, votre compagne vous attend dehors, elle s’appelle Dina et nous nous sommes jamais rencontrés.

Pinero, Cindy et Shelly s’en vont et laissent  les deux femmes se retrouver et s’embrasser.
Quelques heures plus tard, un coup de fil de la base prévient le général MacArthur  que tous les candidats de Fort Braghe sont portés disparus, l’enquête de l’officier Arnoff est transmise à l’officier Clark par l’agent Arnoff lui même.

-Je voudrais aussi m’entretenir avec votre supérieur, si ça ne vous dérange pas.
-Peut-être que je pourrais lui transmettre le message ?
-Si vous êtes un homme de confiance du général, alors, oui, si vous voulez, excepté ces disparitions, il y a d’autres photos qui devraient vous aider dans votre enquête.

L’officier Clark regarde les clichés d’Higgins et ses deux sbires ainsi que les photos des témoignages des différentes personnes « étrangères » à la base.    

-Hurgh….

Lindsay lutte à l’emprise qui s’empare de son esprit après que cet homme l’ait changé en une sublime jeune femme correspondant à ses critères de beautés: une jeune stripteaseuse à peine majeur, les cheveux blonds bouclés, ses seins refaits et grossis et sa silhouette entièrement redessiné par chirurgie. Le fait que cet homme n’est plus de visage ne l’effraie pas, elle veut lui faire plaisir, elle veut faire tout ce qu’il lui dira de faire.
L’homme la regarde dans les yeux et prends des traits très séduisants correspondant au type d’homme qui plaît à la jolie Lindsay, elle craque facilement et ne se préoccupe pas que cet homme la fait bouger et parler grâce à son pouvoir psychique.
Après quelques heures, un groom amène du champagne et Lindsay s’amuse un peu avec lui mais ce n’est pas ça le plus inquiétant, malgré son corps, Lindsay a une force incroyable qui l’empêche de bouger et surtout il sent qu’il est attiré par cet homme sans comprendre pourquoi. Lindsay s’amuse avec lui tandis qu’il sent alors cet homme fouiller dans sa tête et ce qu’il y voit se concrétise, il prend alors les traits de son genre de femme et peu à peu, se laisse succomber au charme de ce séduisant homme tandis qu’elle dévoile sa superbe plastique et qu’elle aussi ait envie de s’amuser.
Essoufflé, Alpha est pris d’une crise où son visage redevient ces traits informes qui est désormais son visage, il se moque totalement que deux magnifiques jeunes femmes nues dorment dans son lit. Il ramasse ses vêtements et donne l’ordre mentalement aux deux beautés de partir quand elles se réveilleront et d’oublier qui elles sont et surtout ce qui leur a fait.
Il reprend des traits passe-partout quand il voit alors deux sublimes jeunes femmes qui l’attendaient.

-Salut, beau gosse, quelqu’un voudrait te parler.
-Je n’ai pas le temps.
-Allez, fais nous plaisir, il a du travail pour toi.
-Je ne travaille pour personne.

L’officier Higgins apparaît et regarde cet homme avec beaucoup d’intérêt, en sa présence, Alpha sent son visage à nouveau se brouiller et également son corps.

-Tu as l’air assez fort, ton pouvoir est exceptionnel, MacArthur ne comprend pas ton talent.

Alpha sent qu’il devient femme à cause de cet homme mais rien ne se manifeste, son visage devient celui d’une grimace grotesque.

-Je regrette ce qui t’es arrivé, je te promets de t’aider à retrouver ceux qui t’ont fait ça.
-Celle !

Sans se contrôler, la grimace prend les traits d’Ashley avant de se brouiller à nouveau.

-Elle aussi…MacArthur l’a sans doute récupérer, est-ce qu’elle peut être dangereuse ?
-Cette pute connaît mon identité et elle aussi est une marqué.
-Non, ce n’est pas exactement une marqué, elle est autre chose mais si elle guide MacArthur jusqu’à toi…
-JE ME FOUS DE VOTRE TYPE ! Je veux la peau de cette salope qui m’a fait ça !
-Alors rejoins-nous et tu pourras peut-être la retrouver grâce à nous…
-Vos deux gonzesses m’ont dit que vous avez du travail pour moi, c’est non.
-Travail, non, pas exactement, disons que je te propose une mission, une quête, tu devras convaincre des marqués de nous rejoindre et utiliser ton pouvoir pour les convaincre par la force s’ils se montraient résistants.
-Et si, moi, je vous réponds non ? Qu’est-ce que vous pensez me faire ?
-Cindy, montres-lui ton pouvoir.

Cindy s’approche mais est soudainement prise d’un violent mal de crâne, elle est désormais sous l’emprise d’Alpha quand Shelly utilise son pouvoir.
Luke a retrouvé son visage, il est à nouveau là où tout à foiré, Ashley est nue, allongée sur son lit en train de se palper tandis qu’elle l’attend puis l’image et le visage de Luke explose dans une grimace de colère.
-Dégages !

Shelly revit alors rapidement ce que Cindy lui a fait quand elle s’est opposée à Higgins et reprend ses esprits. Alpha est paralysé après avoir essayé de sonder l’esprit d’Higgins.

-Je sais quel est ton pouvoir et comment il fonctionne, tu as eu tort de croire que tu pourrais me contrôler comme toutes tes autres victimes, c’est pourquoi je vais te…

Derrière le déluge d’éclairs et de marqués à travers le monde, Alpha sent alors une faille, il voit l’homme derrière la silhouette mais il ne voit qu’une seule image, quand la Nébuleuse a pris le contrôle de son esprit et de son corps et le change avant que Higgins repousse Alpha.
Il a vu une autre silhouette, un corps de femme en apesanteur elle aussi marqué.

-…Je ne pensais pas que tu arriverais à pénétrer mon esprit. Tu es devenu trop dangereux depuis qu’Ashley a retourné ton pouvoir contre toi, je ne pense pas réussir à te convaincre.
Mais continue ton œuvre.
-Ne me dites pas ce que je dois faire ! Vous êtes pire que moi, on vous a carrément totalement remodelé, la Nébuleuse elle-même vous a remodelé pour devenir ce truc que vous êtes maintenant !

Higgins fulmine intérieurement et Cindy le sent, ce type est trop dangereux pour être contrôler. Alpha croise deux jeunes en train d’écouter de la musique et plante Higgins et les deux femmes en les ignorant superbement.
Il sent le regard d’Higgins tandis qu’il sonde les désirs et fantasmes du premier des deux jeunes hommes et ça le perturbe.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire