vendredi 2 décembre 2011

La Marque de Xenocross, Chapitre 1

Voici une histoire en plusieurs parties réalisé par Xenocross, nous vous proposons de vous la faire partager, dites nous vos idées et suggestions, si vous avez des idées de suites ou de captions qui vous inspirent , envoyez les, en attendant bonne lecture...

La Marque

Chapitre 1 

Les étoiles apparaissait les unes après les autres quand le phénomène apparut.
Au milieu des étoiles, une sorte de nébuleuse se formait, une bulle verte qui tourbillonnait sur elle-même. Le phénomène fut repéré par tous les télescopes du monde entier et même la célèbre station Mir observait le développement de cette nébuleuse qui se formait dans l’espace juste au-dessus de l’atmosphère terrestre. D’où ils étaient, cela ressemblait à une sorte de sphère de coton vert émeraude qui tourne sur elle-même comme les ronds dans l’eau.

New York, un chauffeur de taxi descend de son véhicule et son client avec lui, presque à l’unisson, des milliards de personnes, malgré la distance qui les sépare observe le phénomène à travers le monde.
Fort Andrews,  Le général Mac Arthur observe ces photos.
Un scientifique a été envoyé sur la base pour expliquer ce qu’est cette nébuleuse.

Les médias s’emparent du phénomène et chacun y va de sa théorie, certains allant jusqu’à parler de pub lancé depuis l’espace jusqu’aux adeptes du complot prévenant la population de l’imminence d’une invasion extra-terrestre.

Berlin
Le professeur Gerhard Vokinich à l’université de Berlin est pris de maux de têtes depuis que le phénomène est apparu. Un de ces collègues vient le voir et le découvre en position fœtale, souffrant d’un mal de crâne qui lui vrille la tête.

-Ca va ?
-Va-t’en ! Dis aux autres de ne pas regardez ce phénomène !

Le professeur le laisse seul et retourne observer le phénomène.
 
Fort Andrews
Malgré le phénomène, la vie poursuit sur la base.
Bureau des inscriptions, le jeune James Clarence vient d’être refuser par les bureaux.

-Désolé, mon gars, d’après ton dossier, tu sembles avoir des antécédents médicaux assez lourds.

-Monsieur, écoutez, je rêve d’entrer dans l’armée et servir mon pays, je veux protéger ma famille contre les terroristes et tous les autres ennemis de notre nation. 

-Bien beau discours, mon gars mais c’est non, Suivant !

Un jeune blanc bec nommé Howard Philips approche.
James regarde le recruteur abattre son tampon sur le dossier : ACCEPTE.

-Bienvenue à Fort Andrews, mon gars ! Suivant !

James sort des bureaux, furieux, et regarde le phénomène.
Un mal de crâne lui vrille le crâne suivi d’une douleur à la base de la nuque. 

Los Angeles, Henry Chesfield traverse Beverly Hills quand sa voiture tombe en panne à hauteur d’un night-club. Il cherche de l’aide mais il n’y a personne dans la rue.
Il touche sa voiture et se prend une décharge. Il reste KO un bref instant.

Fort Andrews.

-Général, il vient de se produire quelque chose sur la base. venez vite voir.

Le responsable des communications laisse le général partir.
Le capitaine Higgins attend devant l’entrée du bâtiment.

- J’espère que vous ne me dérangez pas pour rien.
-Je ne pense pas, sir. 

Il l’emmène à l’infirmerie où on entend des cris provenant du département psychiatrique.
On dirait des cris de dément.

-Bon Dieu, qui est ce malade qui pousse des cris pareils ?
- C’est bien ça  le problème, sir.

Le général découvre un homme, en train d’avoir des spasmes et pousser des cris, ce qu’il dit
choque le général.

-Oh, oui, prends-moi, vas-y ! Oui, oui, oui, c’est bon, j’aime ça, bébé !

Le général reconnaît le sergent instructeur Adams, il reste tétanisé, les médecins aussi.

-Est-ce qu’on peut…me dire ce qu’à le sergent Adams ?
-Oui, Général…Il…

Le sergent pousse un hurlement plus fort que les autres, un hurlement de jouissance.

-Il croît être une femme.

Le général  regarde alors les yeux du sergent instructeur. Il lui fait les yeux doux.

-Il se prend pour une femme ?
-Non, il est persuadé d’être une femme, il se prend pour une bimbo.
-Une bimbo ?
-Oui, général, on l’a trouvé en train de faire du lap danse sur son bureau, il y a 15 minutes. 
-Du lap danse ? Mais bon dieu, comment peut-il faire une chose pareil ?
-Ce n’est pas tout, monsieur, regardez.

Le sergent instructeur se montre allumeuse quand le médecin approche de lui.

-Candy ? Pourriez vous montrer vos jambes au général ?
-Si ça peut lui faire plaisir, aucun problème.

Le général s’approche du médecin.

-Candy ?
-Oui, quand on l’a retrouvé dans son bureau, il disait de l’appeler par ce prénom.

Candy montre alors ses jambes, totalement épilés mais surtout, ça ne ressemble pas à des jambes d’hommes mais à celle de femmes.
Le général regarde alors cette découverte en étant estomaquée.

-Ce n’est pas tout, approchez-vous…de lui.

Il regarde Adams lui faire les yeux doux en prenant des poses aguichantes.
C’est là que le général le voit, il était tellement troublé par les clins d’œils qu’il n’avait pas vu que ses cils avaient poussé et surtout il avait des yeux différents, ses yeux étaient toujours marrons clairs  mais étaient ceux d’une femme. Le docteur désigne ensuite la racine des cheveux.

- Ils ont poussé de 60 millimètres en 5 minutes et les racines deviennent progressivement blondes.

Candy regarde ses hommes l’examiner.

-Est-ce que l’un de vous voudrait que je lui fasse passer du bon temps ?

-Je refuse de croire une chose pareille.

-Et pourtant si, général.

-Vérifiez les autres parties du corps puis faites lui passer un examen médical complet.

-Tu veux voir ma petite chatte, pas de problème, mon chou !

Le général se retourne quand Adams descend son pantalon.

-Alors, docteur ?
-Il…Ils sont toujours là mais…Ils ont…rapetissés.
-Faites les examens et appelez-moi quand ce sera fini ou qu’une nouvelle surprise apparaisse.
-Bien, monsieur.

Le général sort de l’infirmerie.

-Monsieur !

Le capitaine Higgins rejoint le général.

Est-ce qu’on a vu quelqu’un entrer ?
-Non, à part ces rendez-vous de la journée, aucune intrusion.
-Enquêtez sur ce qui lui est arrivé, je veux savoir qui et surtout COMMENT et pourquoi on lui a fait une chose pareil !   
-Tout de suite, Sir.

Le capitaine Higgins s’est rendu au bureau du sergent Adams.

-Prof, qu’est-ce que vous avez découvert ?
-Plusieurs hôpitaux ont noté une trace de brûlure apparaître sur certains cas, le symbole mâle
et femelle relié entre eux. Après apparition de cette marque, les sujets marqués développaient une activité neuronale, psychique et chimique en harmonie avec celle de la nébuleuse.
Quelque chose a changé en eux.
- C’est une catastrophe ! La Marque reste après être apparu ?
-Non, monsieur, les individus marqués restent identiques, la marque apparaît que quand ils servent de leurs…pouvoirs.
-Pouvoirs ? Vous voulez dire comme des super pouvoirs ?
-En  quelque sorte, mais ils s’en servent à des fins personnels. Pour prendre leur revanche, réparer une injustice ou croit être investi d’une mission. Peut être même obéisse t-il à des ordres donnés par la voix de la Nébuleuse.
- C’est horrible et cette nébuleuse, qu’est-ce quelle va faire ?
-Pour l’instant, rien, elle marque des gens et les investit de pouvoirs assez particuliers, détraque des appareils électriques et diffuse un message en basse fréquence.
-Pas de menace quelconque ?
-On sait par l’écoute des appels et le cas de Adams sur la base que les pouvoirs peuvent agir d’un point de vue gynomorphologique voire gynopsychique et ce, sans la moindre morale ni limite.
-Traduction ?
-Ils changent les personnes mentalement ou physiquement en femme.
-Ca va être la paranoïa. Comment être sûr que ce sont des personnes saines ou des personnes
marqués ?
- C’est simple, les cas marqués ont été malades, toutes les personnes souffrant des maux de crânes, vertiges, chaleurs, douleurs musculaires ou brûlure à la base de la nuque font potentiellement partie du groupe.

Un appel sauve le professeur.

-MacArthur ?
-Venez vite, monsieur. Il y a encore un nouveau cas comme celui d’Adams.
-Merde ! Qui ça ?
-Une recrue, soldat Philips. Cette fois, il a déjà changé physiquement.
-QUOI ?
-Oui, il a été pris de violentes douleurs au crâne puis les autres soldats ont couru chercher du
secours et  ils l’ont vu changer.
- J’arrive tout de suite. Prof, venez avec moi. Mitchell, continuez les analyses et demandez à l’officier Jackson de nous rejoindre à l’infirmerie pour passer des tests.
-Entendu, monsieur.

Retour à l’infirmerie, les médecins ont accueillis le soldat Philips à côté de Candy/ Adams.
Le général découvre alors Candy, ses cheveux ont viré  blonds platines et lui atteignent le milieu du visage mais surtout il voit que son corps ressemble de plus en plus à celui d’une bimbo.

-Salut, mon petit général.

Sa voix est attrayante et sulfureuse, Mac Arthur et le professeur se concentre sur le cas de Philips. L’opulente poitrine de Philips, sa chevelure noisette bouclés et la peau laiteuse rend le général complètement dépassé.

-Alors, pour celui là ?
-Autant déjà dire celle là, Ca a été encore plus virulent que notre ami Candy.
-Essayez de la faire parler.
-La faire parler, général, je pense que son corps indique que c’est clairement une très jolie…
-Je  vois bien ! Demandez-lui.

La  jeune femme ouvre les yeux et montre de superbes yeux couleur ambre et un sourire qui met tous les hommes de la pièce mal à l’aise.

-Bonjour, messieurs, j’ai du être sage pour avoir droit à autant d’aussi beaux garçons.
-Philips, racontez-nous, ce qu’il s’est passé. Qu’est-ce qui vous est arrivé ?
-Je ne connais pas de Philips, je me nomme Tiffany.

Le général reste sans voix, le professeur reste sérieux et s’approche de Tiffany.

-Excusez-moi, mademoiselle, vous pourriez me montrer votre nuque, s’il vous plaît ?
-Bien sûr, mon mignon.

D’un geste sensuelle, elle dégage sa nuque de ses beaux cheveux.   

-Tu veux voir autre chose, maintenant ?
-Non, c’est bon, merci mademoiselle.

Le général et les médecins regardent le scientifique.

-Elle n’a pas de marque.

L’officier Jackson arrive à ce moment là.

-Monsieur ! On m’a dit de me présenter à l’infirmerie.

Il aperçoit Candy en train de ronronner et Tiffany allongé sur le dos.

-Oui, soldat Jackson, vous et le professeur allez subir des tests. Et le docteur devra effectuer ces tests sur toutes les personnes qui ont été malades aujourd’hui.

-Un détail en particulier ?
-Oui, une marque à la base de la nuque, comme une brûlure, ayant la forme du symbole féminin et masculin relié. On vous apportera un dossier complet dans l’après-midi.
-Entendu, général.
-Je dois prévenir les gradés de la base de la situation, messieurs.

Higgins se tient devant l’infirmerie quand le général Mac Arthur sort.

-Higgins ! Des nouvelles ?
-Oui, on le tient, général, c’est une recrue refusée ce matin, un certain James Clarence. 
-Il s’attaquait à ceux qui l’ont refusés.
-Comment procédait-il ? 
-Par toucher, monsieur.
-Toucher ?
-Oui, il prenait le contrôle de l’esprit et implantait la nouvelle identité mentale et physique de
ses victimes. Adams a dû le surprendre et il devait ne pas savoir comment utiliser ses pouvoirs, sa cible était Philips depuis le début.
-Excellent, interrogez-le.
-Entendu, général.

Soulagé, Mac Arthur se rend dans le bureau du commandant de la base et lui fait un rapport sur toute cette affaire.

-Diable. Parquez-moi civils et soldats, quelque soit le grade en quarantaine, ceux ayant été
malades et faites leurs faire tout les tests possibles.
-Bien, commandant.

Quelqu’un frappe à la porte, une très joli jeune gradé apparaît.

-Je ne vous dérange pas, mon commandant ?
-Que voulez-vous mon petit ?
-Le prisonnier  James Clarence a été transféré à l’infirmerie avec les deux autres cas.
-QUOI ?
-C’est ce qui est arrivé, selon le rapport des gardes qui l’ont trouvés, il était devenu une jeune
femme blonde avec une… hum hum, assez forte poitrine.
- Il ne voulait pas se justifier et a retourner son pouvoir contre lui. 
-Je le pense aussi. Steve. Je prends la suite des opérations, trouvez les autres cas sur la base
au plus vite.
-Tout de suite, commandant. Demandez à Higgins de me rejoindre à mon bureau.
-Entendu.

Mac Arthur arrive dans son bureau quand Higgins l’attend devant.

-Général, vous m’avez demandé ?
-Oui, le commandant Lynsworth prend la suite de l’affaire mais je vous demande de poursuivre les recherches sur d’autres cas dans la base et parmi les appels radios passés.
-Pourquoi vouloir faire une chose pareil ?
-Le commandant et tous les autres gradés sont aussi suspects que n’importe quelle personne sur cette base et vont tenter d’éradiquer ce phénomène. Je pense même que le commandant est dans le coup.
-Le commandant de la base serait marqué ?
-Oui, je le pense. 

Quelqu’un sonne à l’interphone.

-Oui ?
-Général Mac Arthur, on vient de nous signaler que le capitaine Higgins est porté manquant depuis presque 2 heures maintenant.

Le général regarde alors le Higgins devant lui.

-Lancez des recherches immédiatement.
-Bravo pour votre analyse, général, à une erreur près.
-Mais alors…Qui êtes vous ?
-Higgins a fait l’erreur d’aller avertir le commandant alors qu’il venait de prendre conscience du merveilleux don que nous lui avions accordé. Et il fut l’un des premiers cobayes de son
pouvoir, vous devez sans doute la connaître sous l’identité de Betty ?     
-Betty ? La secrétaire du commandant ? Mais je me souviens de…
-Le prof a dit que nos pouvoirs pouvaient agir sur le physique comme sur le mental.  
-Qui êtes-vous ?
-Je suis celui qui accorde les dons, ce que vous voyez sous la forme d’une vulgaire nébuleuse grossissant jour après jour n’est que le signe pour réunir celles dont nous avons besoin.
-Celles dont vous avez besoin, combien ?
-         Je ne répondrais qu’à ceux qui ont été frappé de la marque, sinon restez en dehors de ça. Sachez que Cindy Jameson, anciennement James Clarence, est la première qui a été choisie. Il a fait preuve de talent en créant deux sujets magnifiques mais elle seule nous intéressait.
-Elle ? Vous avez changé Clarence en bimbo volontairement ?
-Il s’est opposé à moi et j’ai repoussé son pouvoir sur lui-même, désormais elle est digne de
notre projet. D’autres suivront bientôt.
-Et moi ? Que vais-je devenir maintenant que je sais ce que vous projetez de faire ?
-Très simple, Cindy !

Le général n’a pas le temps de se retourner que Cindy frappe le général en pleine poitrine.
Un électrochoc remonte le long du cerveau où des informations nouvelles s’implantent dans son esprit, il est désormais Barbara et ses souvenirs en tant que bimbo s’implantent dans son esprit comme dans son corps.  Ses cheveux passent de gris à bruns, son corps rajeunit tandis que ses signes extérieurs de féminité se dessinent, sa voix devient sensuelle et ses lèvres  pulpeuses apparaissent tandis que ses yeux prennent un éclat bleu-vert.     
Son uniforme laisse place à des vêtements beaucoup plus séduisants laissant mettre en valeur
ses formes généreuses et irrésistibles.

-Bonsoir, ma chérie, bonsoir mon maître.
-Très beau travail, Cindy, notre charmante compagne est délicieuse désormais.
Ma chère, allez voir le commandant Lynsworth, je crois qu’il va vous beaucoup vous apprécier.
-Tout de suite.

Barbara se lève gracieusement et enfile son manteau pour aller jusqu’au bureau du commandant quand Cindy voit la marque briller à la base de la nuque de Barbara.

-La petite cachottière…
-Rattrape là, vite !

Cindy court à l’extérieur et trouve le général Steve Mac Arthur face à elle.
Higgins la rejoint et découvre le général.

-Vous êtes un sacré cachottier, général mais j’ai peur que vous alliez devoir me servir tout comme Cindy.
-Je n’ai pas peur de vous, j’ai repoussé le pouvoir qui m’envahissait.
-Oh. Vous l’avez repousser ? Cindy chérie, recommence, mais ne te retiens pas cette fois.

Cindy approche du général et frappe sa poitrine une seconde fois.
Higgins observe alors Mac Arthur rester indifférent aux pouvoirs de Cindy et la met au sol.

-Alors ainsi vous êtes devenu comme moi ?
-Je refuse de servir la même cause que vous.
-Soit, allez dire ça au commandant, vous verrez bien ce qu’il en pensera.

Quelques heures plus tard, le général Mac Arthur sort du bureau du commandant,  tenant devant lui une jeune femme ayant une vingtaine d’années portant des menottes.

Messieurs, voici le commandant Lynsworth.

Plusieurs instructeurs, le professeur, les médecins ainsi que le personnel de la base ont été réunies. Mac Arthur apparaît, il regarde toutes les personnes de la salle.

-Messieurs, Fort Andrews  ne sera plus à compter de ce soir, un simple camp militaire.
Non, nous nous consacrerons à l’identification, la poursuite et l’arrestation des cas marqués désormais.

Après avoir tout révélé à l’ensemble de la base, le général Mac Arthur demande aux médecins de la base de procéder à des tests sur tout le personnel, ceux ayant assisté à la réunion puis ceux ayant malades lors de l’apparition de la nébuleuse et enfin, les personnes en contact ou présentes lors de la découverte des victimes.
Le médecin reste sans voix en voyant que Mac Arthur est marqué.

-Rassurez vous, si j’ai résisté au pouvoir de mademoiselle Jameson et du faux Higgins, c’est
que je suis immunisé contre leurs pouvoirs. Il a dit que je suis comme lui mais je ne sais pas ce que ça veut dire.
-Très bien, monsieur, cela restera entre nous.
-Entendu, alors verdict pour l’instant ?
-Les symptômes ne sont pas liés aux marqués. J’ai pratiquement examiné tout le personnel hommes et femmes de la base ainsi que les visiteurs venus depuis le dé but de la semaine.
Et bien excepté Lynsworth et mademoiselle Jameson, il n’y a pas d’autres cas sur la base et j’ai vérifié au test sur mademoiselle Betty Sanchez, tenez. Elle est clean et en parfaite santé, presque comme immunisé contre la nébuleuse. 
-Ca aussi, gardez-le pour vous.

Le général  Mac Arthur met le papier en boulette puis se ravise et le laisse dans sa poche.

En l’espace de quelques jours, il a fait construire une aile spéciale pour enfermer les victimes des pouvoirs et dépister les personnes frappées de la marque et engager plusieurs autres scientifiques après s’être assuré que toute personne sur la base est clean.
Son nouvel assistant, Rob Clark, a appris ce qu’il s’était passé dans cette base et a postulé pour retrouver toutes  les personnes marqués. 
Il découvre alors le général Mac Arthur en présence des médecins et scientifiques.
-Vous devez être Clark ? Bienvenue. J’aurais besoin que vous formiez plusieurs soldats pour moi. Higgins, ce sera son nom pour l’instant,  a dit qu’il recherchait plusieurs personnes, le nombre exact n’est pas déterminé et la nébuleuse grossit de jour en jour, très bientôt, elle touchera la surface de la terre et celle de la lune. Il faut trouver et arrêter toutes personnes portant la marque et utilisant ses pouvoirs sur la population. Des mesures ont été prises et un message télévisé sera diffusé très bientôt.

 Higgins est dans une rue d’une grande ville en regardant la télé dans une vitrine en présence de Cindy et de Sherry, une nouvelle «amie » de Cindy.
Un simple message préventif suivi d’instructions pour montrer la forme et l’emplacement de la marque et une voix commente ces infos.
« Toute personne portant la marque ou connaissant quelqu’un qui la porte doit appeler ou se rendre immédiatement à Fort Andrews. »

-Il va nous faire perdre du temps mais peu importe, une fois que je les aurais toutes réunies, tu
ne pourras rien faire et surtout tu nous rejoindras, Barbara.
  
Cindy regarde les immenses gratte-ciel qui l’entourent, Higgins et elle sont à New York.

2 commentaires:

  1. merci xavier!!! Est-ce que tu posteras la suite jusqu'à la fin, je te l'ai envoyé par mail? Donc un spin-off en 7 chapitres (pour l'instant) et trois autres spin-off dispos depuis ton absence.

    XENOCROSS

    RépondreSupprimer
  2. C'est prevus, vérifie bien comme ça si j'ai oublié un chapitre tu me le diras.

    RépondreSupprimer